Exclusif : Sangaré a laissé un accord d’unification du Fpi à titre posthume

Par Serikpa Djeckou De Sylva-Afrique Matin.Net.

Collaboration : Fatime Souamée.

C’est une information enfouie dans le bois sacré du Fpi, parti politique cher, au Président Laurent Gbagbo. Détenue uniquement par les initiés au cœur du pouvoir Fpi, cette information que l’on pourrait qualifiée de « Top secret 10 », nous a été révélée par un cadre influent qui a voulu garder l’anonymat.

Mais avant, il nous fait les précisions suivantes : « Sachez que le Front populaire Ivoirien, est né au moment où, il était impossible de créer en Côte d’Ivoire, un parti politique. Mais nous l’avons fait. Le Fpi est un parti de combat, né dans la douleur, où les stratégies sont pensées par des véritables hommes d’esprit et d’engagement », insiste-t-il, la main sur le cœur.

Revenant sur l’information capitale, il nous éclaire mieux : « Le bicéphalisme constaté au Fpi a été une situation très regrettable non seulement pour Affi N’Guessan, mais également pour Aboudramane Sangaré ». Et il poursuit : « Certains hauts cadres du Fpi, dans l’ombre, n’ont jamais cessé d’entreprendre dans la plus grande discrétion, des rencontres sécrètes au haut niveau, pour la réunification du parti ».

Notre informateur ne s’arrête pas là. Il va plus loin : « Ils ont joué sur les alliances interethniques. La mère de Sangaré est Baoulé. Affi est Agni. L’esprit de Laurent Gbagbo avec les chefs Bété. L’alliance Agni, Abron et Baoulé n’a pas été négligée. Tous ces chefs, d’une grande probité, ont été engagés. Pendant des nuits, ils ont organisé des voyages, des rencontres et des négociations hors des bruits, loin quelques fois d’Abidjan, pour rapprocher les deux camps».

Selon lui, les dernières négociations se sont déroulées à Bondoukou : « Après deux jours d’âpres négociations, les 22 et 23 juillet 2018 à Bondoukou, les deux camps ont pu s’accorder pour enfin signer un protocole d’accord, d’unification du Fpi dans cette ville». Selon cette source bien introduite, c’est au moment où l’accord allait être rendue public, que Mme Gbagbo a été libérée. « Il fallait célébrée la première Dame, laisser les militants d’abord savourer cette libération, puis décider par la suite », nous dit-il.

A la question de savoir pourquoi le protocole d’accord n’a pas été rendu public jusqu’à ce jour ? Il se lance dans un silence. Soupir et la voix pleine d’émotion, il déclare : « Vraiment. Les deux camps se sont encore retrouvés pour faire une déclaration commune à travers un point de presse. Et c’est en ce moment   qu’Aboudramane Sangaré va tomber malade. Une maladie qui malheureusement, va l’emporter. C’est dommage, mais le gardien du temple a laissé derrière lui, un accord d’unification du Fpi à titre posthume. Nous saluons avec déférence sa mémoire, pour tous ces efforts fournis. Qu’il repose en paix », a conclut notre cadre au cœur des négociations.

Même si nos démarches pour entrer en contact avec M. Affi sont restées infructueuses, il était de notre devoir de publier cette information. Nous l’avons fait.  Attendons de voire. Seul l’avenir, nous situera.

djeckoudesylva@gmail.com