ads bas

Exclusif: Procès Laurent Gbagbo/ Me ALTIT: « Le narratif de l’accusation est fragile. Et pourquoi est il si fragile ? Parce qu’il ne repose sur rien »

ads bas

Le procès de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé a repris ce lundi matin par les interventions de la défense en vue de casser les arguments de l’accusation exposés lors de l’audience d’octobre dernier. Nous vous présentons un extrait de l’intervention de Me ALTIT avocat principal de Laurent Gbagbo:

« Il ne s’agit pas de convaincre sur des preuves qui n’ont aucune valeur parce qu’elles n’existent pas. Il s’agit de justice à rendre à un homme injustement privé de liberté sur la base d’un dossier vide… »

Me ALTIT :  » Le narratif de l’accusation est fragile. Et pourquoi est-il si fragile ? Parce qu’il ne repose sur rien. Ou parce qu’il ne repose sur une enquête en bonne et du forme. Ce narratif est la copie conforme du narratif défendu par les autorités rebelles en ce moment en cote d’Ivoire. Peut être pour cela que l’enquête est faite avec des choses défaillantes, l’absence significative de corroboration, l’absence de preuves médicales sérieuses. Pour répondre à ces phases béantes, le procureur a dans sa réponse écrite présenté de nouvelles théories sur la façon dont il fallait interpréter sa preuve. Il présente une interprétation qu’il dit fondée, et quand il est mis en difficulté par la défense, il propose une nouvelle interprétation et cela n’a jamais de fin. Cela est inacceptable aujourd’hui. Parce que le procureur a déposé un document de 1500 pages. Il ne peut donc revenir à volonté comme bon lui semble sur son interprétation car la défense révèle une incohérence sur les documents. AUJOURD’HUI LE PIÈGE S’EST REFERMÉ. L’enjeu c’est LA LIBERTE D’UN HOMME QUI EST ACCUSÉ DE TOUT ET DE RIEN… »

 » Ni dans son document de 1000 pages , ni dans son exposé , le procureur n’a révélé la réalité des choses. Il a ignoré carrément les attaques des rebelles en 2002 , 2004,2010,2011 et ce fut les mêmes conséquences. Les institutions ont été détruites. Tout est là Mr le président. En 2010 et 2011 , la police était sous la défensive contre les rebelles. C’était les rebelles qui attaquaient et les forces armées de cote d’Ivoire se défendaient. C’est pas le contraire. Et c’est ce que le procureur tente de cacher. Alors cacherait-il que c’était une ATTAQUE PLANIFIÉE POUR PERMETTRE. ALASSANE OUATTARA DE SE POSITIONNER PAR LA FORCE ? Parmi les manifestants de 2010 se trouvaient des forces armées. Les images d’un prétendu mitraillage par les véhicules de l’armée sont elle datées de 2011 ? Ces images qui son censées être dans la continuité semblent être montées? Pourquoi quand les engins passaient, il n’y avait pas de corps sur la route et c’est après que les corps apparaissent ? Pourquoi alors que le procureur allégue qu’il y ait 6 tirs de mortier? Son seul témoin pas absolument crédible P239 est incapable de donner des détails simples par rapport la date ? Et pourquoi ce témoin parle t-il de 2 tirs ? Soit il dit la vérité soit il ment ? Et la démonstration du procureur ne dit rien ? Le procureur ne peut dire une chose et son contraire ? Et ce n’est pas l’expert qui fut incapable de donner une conclusion claire ? Le procureur n’est-il pas capable de donner un seul élément qui permet de donner les auteurs des choses alléguées? Ne connaissant pas les auteurs comment, peut t-on parler de plan commun ? Répondre A CES SEULES QUESTIONS N’EST PAS POSSIBLE POUR LE PROCUREUR CAR Y RÉPONDRE DÉTRUIRA SON SEUL NARRATIF. « 

Rezopanacom

Les commentaires sont fermés.