Environnement/Des milliards de moustiques génétiquement modifiés seront bientôt relâchés dans la nature

Une agence américaine de protection de l’environnement a autorisé la libération de plusieurs milliards de moustiques génétiquement modifiés dans les États de Californie et de Floride, dans le but de lutter contre des maladies telles que la dengue et le virus Zika.

Le projet pilote est le produit d’une société de biotechnologie britannique spécialisée dans la lutte biologique contre les ravageurs. Le projet est une extension d’un pilote réussi réalisé dans l’archipel des Keys en 2021.

Cependant, comme pour tous les moustiques, seules les femelles se nourrissent de sang, l’utilisant pour faire mûrir leurs œufs. Les mâles sont inoffensifs et ne propagent pas de maladies, préférant se nourrir de fruits à la place.

 La modification génétique des moustiques mâles pour les empêcher de produire une progéniture femelle est un moyen efficace pour réduire les populations de moustiques et constitue une solution plus respectueuse de l’environnement que l’utilisation de pesticides. Les pyréthroïdes – un groupe de pesticides couramment utilisé pour lutter contre les moustiques – sont toxiques pour les insectes tels que les abeilles et les libellules, ainsi que pour la vie aquatique.

L’agence a conclu que le projet est sans danger pour les humains et l’environnement, mais des inquiétudes sont émises quant aux conséquences imprévues, en particulier concernant l’interaction potentielle des moustiques avec l’antibiotique tétracycline. Cet antibiotique peut être trouvé dans les eaux usées des fermes et est connu pour inverser les changements génétiques chez les moustiques, permettant ainsi la production d’une progéniture femelle.

Elle a donc stipulé que les moustiques ne peuvent pas être libérés à moins de 500 mètres des installations de traitement des eaux usées, des zones d’élevage ou des fermes fruitières. Pour que le projet se poursuive, il appartient maintenant aux régulateurs des États de Floride et de Californie de fournir des permis d’exploitation.

 Source : tameteo.com