Elections locales: le MVCI dénonce les manœuvres d’intimidation du régime Ouattara

DECLARATION N° 057/GRC/SP-18 DU MVCI RELATIVE AUX DERIVES  ANTIDEMOCRATIQUES LIEES AUX ELECTIONS LOCALES

Une nation consciente s’inspire de ses expériences du passé pour éviter les fautes et les erreurs qui l’ont conduite au pire.

Au seuil de nouvelles élections le 13 octobre 2018, au niveau fort heureusement local, il nous faut nous souvenir des malheureux faits du passé et comprendre que nous avons intérêt à éviter les dérives qui avaient provoqué les crises que notre pays avait connues.

Malheureusement, il semble que les tenants du pouvoir font tout pour nous imposer de revivre ce passé douloureux quand bien même les blessures dudit passé sont encore béantes et que nous peinons à réussir leurs cicatrisations.

De l’insouciance ou du mépris vis-à-vis du peuple !

En effet, il nous revient de façon récurrente que certaines personnes désireuses de se présenter légitimement et de droit aux élections locales à venir, font l’objet d’intimidations abjectes, de menaces verbales et physiques. Il leur est imposé de s’abstenir de se porter candidat pour les uns, ou d’accepter le parrainage du parti au pouvoir pour les autres. A cet effet, des tracasseries économiques, des poursuites judiciaires aux mobiles taillés sur mesure, les menaces de mort sont d’usage. Il n’est pas à exclure que la CEI soit instruite d’invalider des candidatures.

Le MVCI fait observer que ces pratiques constituent une violation flagrante de notre constitution qui consacre la démocratie et son corollaire d’État de droit.  Il est tout de même inadmissible et inacceptable que des politiques usent de pareilles méthodes avilissantes pour eux, et dégradantes de l’image du pays.

LIRE AUSSI :   Algérie :L’armée solde l’héritage encombrant du général Ahmed Gaïd Salah.

Le MVCI en appelle à la vigilance de la communauté internationale et considère qu’il est impératif que les organismes de contrôle et du respect des droits politiques des citoyens agissent pour mettre un terme à ces attitudes antidémocratiques et anticonstitutionnelles. Il est plus que nécessaire d’intervenir pour éviter à la Côte d’Ivoire, une autre crise.

Rappelons qu’une mauvaise gestion de ces élections locales posera inévitablement les bases  conflictuelles des présidentielles de 2020.

Osons le respect des principes démocratiques pour ne pas en rajouter à l’ « abasie » de notre nation.

AGIR POUR LE PEUPLE, NOTRE DEVOIR ! 

Abidjan, 4 Septembre 2018

La Cellule Politique