Economie-Impôts/L’Etat demande aux acteurs de l’administration fiscale de redoubler d’effort

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Les agents fiscaux étaient à une séance de travail le vendredi 23 avril dernier dans un espace hôtelier à Port-Bouët. L’occasion a été bonne pour ces derniers de se pencher sur les recommandations du séminaire du 1er trimestre 2021, les objectifs du 2ème trimestre  2021 et surtout de s’assurer que tout est conforme à leur vision et à leur engagement, afin de poursuivre leur objectif avec certitude et de réaliser leurs différentes prévisions.  

Au cours de cette rencontre, la directrice générale adjointe M’bahia Maférima a, au nom du directeur général Ouattara Sié Abou souligné que les résultats sont satisfaisants.  « Il convient de noter qu’au cours des trois premiers mois de l’année 2021, le montant total des recettes enregistrées par nos services s’établit à 639, 9 milliards de FCfa, pour un objectif de 634,8 milliards de Fcfa dégageant-un écart de 5,1 milliards de Fcfac », a-t-elle fait savoir. Poursuivant, elle a noté qu’avec une hausse de 74,8 milliards de Fcfa, les recettes de la Direction générale des Impôts ont connu un taux de croissance de 13, 2% par rapport au premier trimestre de l’année 2020. «Ces résultats satisfaisants ont été obtenus grâce à la bonne tenue de l’activité économique-dans le secteur minier et-du recouvrement des arriérés », a ajouté M’bahia Maférima.

Maferima Mbahia, a, au nom du DG, invité les collaborateurs à organiser des méthodes de travail en s’appuyant sur les différentes orientations qui marquent l’éthique.

Parlant des perspectives, la directrice générale adjointe a rappelé l’importance des enjeux et le défis qui se présentent aux agents. « Les recettes attendues pour le deuxième trimestre 2021, sont de 768,1 milliards de Fcfa soit une hausse de 51,2% par rapport aux réalisations de la même période en 2020. C’est pourquoi, je reste persuadé que l’objectif de cette recette du deuxième trimestre est à notre portée », a-t-elle souligné.

A l’’ouverture des travaux, le directeur de cabinet adjoint, Adama Sall, représentant le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, a, quant à lui, adressé des mots d’encouragements à la grande famille des Impôts pour sa contribution à la mobilisation des recettes de l’Etat. Avant de les inviter à maintenir le cap-au regard des objectifs qu’ils se sont assignés au titre du deuxième trimestre 2021, « car il est attendu de la Dgi des recettes à mobiliser d’un montant de 768,1 milliards de Fcfa ».

Aussi, il a  rappelé aux participants de cette séance de travail que les défis à relever au cours des années à venir sont relatifs aux infrastructures sanitaires, aux scolaires et routières, sans oublier  la nécessité de créer des emplois au rythme de la sortie des jeunes du système scolaire et universitaire. « L’accroissement des recettes fiscales se présente non comme une option, mais s’impose comme une obligation pour le pays », a expliqué Adama Sall

En direction de l’ensemble des services de la Direction générale des Impôts, il a souligné le rôle régalien qui est d’amélioration la qualité du service rendu aux usagers, « car les plus hautes autorités sont saisies de nombreuses plaintes concernant l’accueil et certains comportements déviants non conformes à l’éthique,  il convient de corriger cette situation en mettant au cœur de nos actions la satisfaction du contribuable », a-t-il soutenu.

Facebook