Disparus du Novotel/Lourdes peines requises contre les accusés

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net avec rfi.fr

La cour d’assises de Yopoungon a rendu son verdict dans le procès des «Disparus du Novotel», hier jeudi 13 avril, en fin de soirée.  Vingt ans de prison pour le commissaire Osée Loguey qui est celui ayant achevé le français Yves Lambelin qui agonisait dans les jardins de la présidence ivoirienne d’un coup de mitraillette. Dix-huit ans pour le général Brunot Dogbo Blé, le chef de la garde républicaine, qui avait en charge la surveillance de ce palais, et 18 ans également pour les colonels Jean Aby et Léopold Okou Mody, deux de ses subordonnés au moment des faits le 4 avril 2011 dernier. Deux autres membres du commando, Henri Guehi Bleka, dit « le Rougeaud », et Yoro Tapeko ont respectivement écopé de peines de dix ans et six ans de prison. Quatre autres accusés ont été acquittés. Les peines sont lourdes, mais moins sévères que le réquisitoire du procureur qui demandait la prison à vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.