Des mosquées rouvrent en Afrique de l’Ouest malgré la propagation du virus

Ce fut un Ramadan pas comme les autres pour Abdourahmane Sall, loin de la mosquée pendant le mois sacré musulman alors que les cas de coronavirus montent. Avec seulement un peu plus d’une semaine, il a décidé que se joindre à des milliers d’autres dans la tradition valait le risque après que les autorités aient permis aux prières de reprendre.

Des hommes ont formé des rangées ordonnées à l’extérieur de la mosquée Massalikul Jinaan à Dakar en attendant de recevoir un désinfectant pour les mains avant d’entrer tandis que la police en uniforme surveillait à proximité. À l’intérieur, quelque 2 000 hommes ont placé leurs tapis de prière à 1,5 mètre l’un de l’autre tandis que 3 000 autres se sont étendus dans la cour de la plus grande mosquée d’Afrique de l’Ouest.

“Nous faisons attention, mais pour être honnête, nous ne pouvons pas échapper au virus”, a déclaré Sall, un tailleur de 58 ans dans une tunique orange fluide et un masque facial en tissu épais. «Si nous respectons les précautions que nous disent les autorités sanitaires, alors Dieu nous protégera.»

L’Organisation mondiale de la santé a averti que près de 190 000 Africains pourraient mourir du coronavirus au cours de la première année de la pandémie, et d’innombrables autres à cause d’autres maladies, les ressources médicales limitées du continent étant encore plus sollicitées.

Mais en Afrique de l’Ouest, les pays éprouvent de plus en plus de difficultés à fermer les mosquées pendant le Ramadan, alors même que les cas de virus confirmés montent et que les tests restent limités. Le mois sacré est déjà un moment de dévotion spirituelle accrue pour les musulmans, et beaucoup disent que la prière est maintenant plus importante que jamais.

La semaine dernière, le Niger et le Sénégal ont autorisé la reprise des prières de masse, et le Libéria rouvre ses lieux de culte à partir de dimanche. Au Nigéria, nation la plus peuplée d’Afrique, plusieurs États ont récemment annoncé la réouverture des mosquées alors même que le nombre de cas confirmés dans le pays dépassait les 5 000.

Les avertissements concernant la reprise des rassemblements publics sont lancés dans le monde entier – mais les enjeux sont particulièrement importants en Afrique de l’Ouest, où les pays avec moins d’hôpitaux et de ventilateurs ont donné la priorité à la prévention des maladies en tant que stratégie de santé publique. Comme ailleurs, cependant, les décisions ici commencent à refléter une reconnaissance du fait que la crise des coronavirus pourrait durer plus longtemps que certaines restrictions ne peuvent être tolérées.

“Nous devons maintenant apprendre à vivre en présence du virus, en adaptant notre comportement individuel et collectif à l’évolution de la pandémie”, a déclaré le président sénégalais Macky Sall dans un discours annonçant l’assouplissement de plusieurs mesures de distanciation sociale.

Son discours est intervenu quelques heures à peine après que le Sénégal a enregistré son nombre quotidien le plus élevé de nouveaux cas confirmés depuis le début de la crise ici au début du mois de mars, ce qui fait craindre que la détente soit prématurée. Avec une grande population de la diaspora en Europe, le Sénégal a été parmi les premiers pays africains à signaler des cas de COVID -19 lorsque les citoyens sont rentrés chez eux, mais il a maintenu un nombre de morts relativement bas, bien qu’il n’ait jamais imposé un verrouillage total comme d’autres nations l’ont fait.

Ces premiers succès ont été attribués aux limites des rassemblements publics et des transports régionaux, car les mosquées, les églises et les écoles ont été rapidement fermées. Les critiques craignent que le Sénégal ne risque désormais une explosion de nouveaux cas si les gens prient en grand nombre et organisent des rassemblements pour marquer la fête de l’Aïd al-Fitr à la fin du Ramadan.

“Nous avons dépassé les 2 000 cas”, a déploré l’enseignante de 39 ans, Daba Senghor. «L’ouverture des mosquées contribuera à la propagation du virus. J’ai vraiment peur pour mon pays. »

Même certains chefs religieux au Sénégal exhortent toujours leurs fidèles à rester chez eux: la mosquée Cheikh-Oumar-Foutiyou à Dakar est restée fermée même après l’annonce du président car la menace COVID -19 “n’est pas encore totalement sous contrôle”, selon un communiqué vendredi avant que quiconque ne se présente pour prier.

Là où des interdictions sont restées en place en Afrique de l’Ouest, les restrictions ont été controversées. Deux imams de premier plan ont été suspendus dans le nord du Nigéria, tandis qu’un tribunal gambien a infligé une amende à plusieurs religieux musulmans qui dirigeaient des prières malgré l’état d’urgence en place.

Et en Guinée, un groupe de jeunes hommes a récemment utilisé la force pour ouvrir physiquement les portes des mosquées à Dubreka, une ville située à 50 kilomètres (31 miles) au nord de la capitale de la Guinée, Conakry.

«Les gels, les savons, les barrières, c’est une blague. C’est Dieu qui guérit cette maladie, c’est pourquoi nous devons ouvrir les mosquées », a déclaré Mouctar Camara, un étudiant de 26 ans qui a été brièvement détenu après l’incident.

Le leader local Alseny Bangoura a déclaré avoir rassemblé les imams et tenté d’éduquer les jeunes hommes sur les risques de COVID -19. La Guinée compte désormais plus de 2500 cas, même avec des tests limités.

“Nous avons été choqués d’avoir pris des pinces pour ouvrir les mosquées”, a-t-il déclaré. “Nous leur avons dit que même la Mecque était fermée.”

AP

Facebook