ads bas

Dépêches du lundi 18 juillet 2022

ads bas

Une sélection de Masseu Tally (stagiaire) /afriquematin.net

AFRIQUE

RDC/ face à Tshisekedi, les rêves de revanche de Jean-Marc Kabund

L’ex-patron de l’UDPS ne mâche pas ses mots sur le camp Tshisekedi, dont il fut l’un des piliers avant de tomber en disgrâce. Jean-Marc Kabund, qui annonce ce lundi 18 juillet la création de son propre parti, s’est longuement confié à Jeune Afrique sur ses ambitions.

« J’ai été malheureux pendant ces trois années au pouvoir. » Installé au bout d’une longue table à l’étage de la petite maisonnette qui lui sert de QG, à l’arrière de sa résidence, Jean-Marc Kabund a la mine grave. Nous sommes au début du mois de mai et l’ancien patron de l’UDPS digère encore ce qui lui est arrivé. En quelques semaines, de janvier à mars, celui qui avait joué un rôle central dans la constitution de la majorité autour de Félix Tshisekedi s’est vu évincé du parti présidentiel puis du bureau de l’Assemblée nationale, dont il était le premier vice-président.

RDC/Deux journalistes dont un Américain arrêtés par les services de renseignement

Deux journalistes, un Américain et un Congolais, ont été arrêtés mercredi 13 juillet à Lubumbashi par les services de renseignement. Après des rencontres avec les membres et proches d’une milice armée locale, ils ont été transférés à Kinshasa où ils sont toujours détenus dans les locaux de l’Agence nationale des renseignements (ANR).

Sur son accréditation signée le 16 juin 2022 par le ministre congolais de la communication et des médias, le journaliste Nicolas Niarchos était autorisé de tourner des séries de reportages sur la conservation de la nature, l’économie et la culture.

Il a été arrêté mercredi en même temps que son fixeur, un journaliste congolais du nom de Joseph Kazadi Kamuanga. Selon les témoins, l’arrestation s’est déroulée dans un restaurant de la banlieue de Lubumbashi pendant que Nicolas Niarchos menait des interviews avec des hommes que certaines sources identifient aux miliciens Bakata Katanga. Selon la société civile locale, ces interviews entraient dans le cadre d’une série de reportages avec différents acteurs impliqués dans la gouvernance minière dans cette partie du pays.

Soudan/Les manifestants accusent le pouvoir d’attiser les violences tribales

Les manifestants soudanais se sont de nouveau donnés rendez-vous dans les rues de Khartoum et des principales villes du pays ce dimanche 17 juillet. Comme à chaque marche, depuis des mois, ils ont été dispersés par des tirs de grenades lacrymogènes. En plus de leurs revendications habituelles demandant le départ des militaires au pouvoir, les manifestants se sont cette fois saisis du problème des violences tribales qui ont fait des centaines de morts depuis le début de l’année, à travers tout le pays.

Comme à chaque fois, les portraits des manifestants tués lors des marches précédentes ont été brandis dans les rues du pays, mais dimanche, d’autres slogans ont résonné dans les rangs des protestataires comme « Non au tribalisme, non au racisme, nous sommes une famille ! ».

Gabon/Ouverture du procès de Christian Patrichi Tanasa

Au Gabon, ouverture ce lundi du procès de l’ancien administrateur directeur général de Gabon Oil Company, la compagnie nationale des hydrocarbures. Christian Patrichi Tanasa est incarcéré à la prison centrale de Libreville depuis novembre 2019 dans le cadre de l’opération Scorpion qui avait balayé plusieurs hauts cadres de l’administration publique gabonaise, dont Brice Laccruche Alihanga, ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo, qui est toujours en prison. Plus de précisions sur le procès de Christian Patrichi Tanasa avec Yves Laurent GOMA.

Christian Patrichi Tanasa était l’un des hommes forts du pouvoir entre 2018 et 2019, durant la convalescence du président Ali Bongo après son accident vasculaire cérébral. Proche de Brice Laccruche Alihanga, ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo, il a été propulsé, à 36 ans, administrateur directeur général de Gabon Oil compagny, la compagnie nationale des hydrocarbures.

Sa chute a été brutale. Il est l’un de nombreux dirigeants jetés en prison en novembre 2019 dans le cadre de l’opération mains propres dite « Scorpion ». Christian Patrichi Tanasa est poursuivi pour détournement de fonds et blanchiment de capitaux.

AMERIQUE

États-Unis/Le procès du tueur du lycée de Parkland s’ouvre en Floride

Près de deux mois après la tuerie d’Uvalde au Texas qui a relancé le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis, le procès de Nikolas Cruz débute lundi en Floride. Le jeune homme de 23 ans est jugé pour avoir assassiné 17 personnes en 2018 dans le lycée de Parkland près de Miami au cours de l’un des pires crimes de masse commis en milieu scolaire.

Peine de mort ou prison à vie ? Un procès ouvre lundi 18 juillet en Floride pour fixer la peine de l’auteur d’une des pires tueries en milieu scolaire aux États-Unis, celle du lycée de Parkland qui a fait 17 morts en 2018. Reflet de l’immense émotion soulevée par ce drame, il a fallu près de trois mois pour sélectionner douze jurés, sept hommes et cinq femmes, jugés suffisamment impartiaux pour décider du sort de Nikolas Cruz, 23 ans.

Le 14 février 2018, il avait semé l’effroi à Parkland, une petite ville au nord de Miami, en ouvrant le feu avec un fusil semi-automatique dans le lycée Marjory Stoneman Douglas, dont il avait été exclu un an plus tôt.

En octobre, il a plaidé coupable des 17 meurtres commis ce jour-là, ceux de 14 élèves et trois adultes, et de 17 tentatives de meurtre, une par blessé. Son procès vise uniquement à déterminer s’il mérite la peine capitale comme le requièrent les procureurs. Si un seul juré s’y oppose, Nikolas Cruz sera condamné à une peine incompressible de réclusion à perpétuité. Ce procès, qui devrait durer plusieurs mois, a un caractère singulier tant il est rare, aux États-Unis, que les auteurs de tels carnages survivent à leur attaque.

EUROPE

La France et la Grande-Bretagne affrontent des records de température

La vague de chaleur qui s’abat sur l’Europe occidentale pourrait faire tomber plusieurs records de température, lundi, en France et en Grande-Bretagne. La situation est particulièrement critique sur la façade ouest, où Météo-France prévoit « une apocalypse de chaleur ». Dans le même temps, les pompiers continuent de lutter contre de violents incendies dans plusieurs pays européens.

La chaleur doit s’accentuer en France lundi 18 juillet, point culminant d’un épisode caniculaire qui touche l’Europe occidentale, provoquant de nombreux feux de forêts et risquant de faire tomber des records de température jusqu’en Grande-Bretagne.

Cette vague de chaleur est la deuxième en à peine un mois en Europe. La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Lundi pourrait être l’une des plus chaudes jamais enregistrées en France : les températures maximales seront partout supérieures à 30°C, et comprises entre 38°C et 40°C dans une bonne partie du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.