Débat télévisé sur le renouvellement des CNI: Bictogo du RHDP “capitule” devant Guikahué du PDCI

BICTOGO BAT EN RETRAITE

Le Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice Kacou Guikahué, ne s’est pas contenté de formuler des accusations sur le renouvellement des cartes nationales d’identité (CNI).
Il a sollicité et obtenu un débat en direct à la RTI pour défendre sa thèse de gratuité des cartes. Son contradicteur, tout trouvé, devait être le Directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo.
Les affiches de ce duel au sommet du mercredi 4 mars 2020 ont été confectionnées (photo) et les campagnes publicitaires ont commencé afin que la chaîne publique établisse un record d’audience.
Mais voilà, Bictogo a choisi de battre en retraite. Sur le mur de Khristiaan Kaz-Immirh, il contredit la direction de la RTI en soutenant qu’il n’a “pas été associé au choix du thème du débat, de la date et de (son) protagoniste”.
Mieux, il refile la patate chaude à Sidiki Diakité, ministre de l’Intérieur, “qui semble le mieux indiqué pour un tel débat”. Car, n’est-ce pas ce membre du Gouvernement qui a apporté du grain à moudre à Guikahué !?
Le 11 décembre 2019, au lancement du Registre national des personnes physiques (RNPP, opération financée par la Banque mondiale à hauteur de 30 milliards de FCFA), Sidiki Diakité était formel: “Le RNPP démarre par le renouvellement des CNI venues à expiration depuis juin 2019 ou devant venir à expiration dans les semaines et mois à venir. Ce sera la première opération dans le cadre du RNPP”.
En clair, le renouvellement des CNI, actuellement engagé, est pris en compte car financé par la Banque mondiale. Et les CNI devaient donc être gratuites.
D’où vient-il alors que les représentants de cette institution de Bretton Woods à Abidjan, restés jusque-là silencieux, montent subitement au créneau, le 1er mars, pour démentir les accusations de Guikahué qui rejoignent les affirmations du ministre Diakité!?
Il y a anguille sous roche en raison des zones d’ombre. Et Bictogo n’a légitimement point voulu être le dindon de la farce.
Par Ferro. M. Bally.

Facebook