Dans le Hambol, Dominique Nouvian Ouattara emboîte le pas à son mari

La Rédaction – Afriquematin.net

En visite dans la région du centre-nord de la Côte d’Ivoire, le président Ouattara a annoncé des mesures pour lutter contre la pauvreté. Malgré un déplacement à l’étranger, la Première dame n’en a pas moins soutenu l’initiative de son époux.

« Je suis très content d’être dans le Hambol », a confié Alassane Ouattara lors de sa visite officielle dans cette région du centre-nord du pays, mercredi 27 novembre. « Nous allons écouter, voir ce que nous pouvons faire, à partir de maintenant, jusqu’en 2020, 2025 ou 2030. Cette région a connu beaucoup de retard. Il faut que cela puisse être rattrapé », a ajouté le chef de l’État.

Mais le président ivoirien n’est pas seul dans ce combat. Afin d’améliorer le quotidien et redonner de l’espoir aux habitants de cette région, il a pu compter sur l’aide précieuse de son épouse, Dominique Nouvian Ouattara, qui a profité de ce déplacement pour faire des dons d’une valeur d’un milliard de francs CFA.

Retenue hors du pays pour des raisons indépendantes de sa volonté, Dominique Nouvian Ouattara a toutefois maintenu ses activités prévues. La cérémonie de remise de dons et de chèques Fafci aux femmes du Hambol a donc eu lieu le vendredi 29 novembre à Katiola, en présence du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, et de plusieurs membres du gouvernement.

Représentant la Première dame, la ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant, Ramata Ly-Bakayoko, a remis un chèque de 500 millions de francs CFA au titre du Fafci (Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire). Des ressources qui viennent s’ajouter aux 700 millions de francs CFA octroyés aux femmes du Hambol depuis la création du Fonds.

En faveur des femmes

Si elle est bien connue à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ivoiriennes pour son engagement dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des enfants, Dominique Nouvian Ouattara n’oublie pas les femmes du continent, souvent confrontées à la précarité.

Créé en 2012, le Fafci est un fonds de crédit à taux réduit logé dans les livres de la Banque Atlantique de Côte d’Ivoire. Il a été doté d’un montant de démarrage d’un milliard de francs CFA entièrement financé par le Programme présidentiel d’urgence (PPU).

Dans le cadre de son soutien aux femmes du Hambol, la Première dame avait également apporté, en 2015, des dons en nature d’une valeur de 135 millions de francs CFA, a rappelé Ramata Ly-Bakayoko.

Mais Dominique Nouvian Ouattara ne s’est pas contentée de porter à 1,2 milliard de francs CFA le fonds Fafci disponible dans la région du Hambol. Elle a également offert des dons en nature d’une valeur de 500 millions de francs CFA. Il s’agit de matériels agricoles, d’équipements pour les centres de santé, de fournitures pour les cantines scolaires, les établissements primaires et secondaires et les centres de formation de jeunes filles, d’engins roulants pour personnes handicapées, de matériels de cuisine ou encore de sacs de riz et autres vivres.

Enfin, un don d’équipement biomédical de plus de 500 000 francs CFA a été octroyé au centre de santé de Dimbekaha et 10 millions de francs CFA en espèces ont été mis à la disposition des groupes de femmes, de jeunes filles, de chefs traditionnels et de guides religieux présents à la cérémonie.

S’attaquer aux causes complexes de la pauvreté

Fidèle à ses engagements historiques, Dominique Nouvian Ouattara a également offert du matériel didactique et des appareils électroménagers de plus d’une trentaine de millions de francs CFA à l’attention des plus petits.

Ces dons permettront également le démarrage des travaux d’extension en capacité d’accueil et de prise en charge des centres et structures de protection de l’enfance dans la région.

Il convient par ailleurs de rappeler que depuis 2017, l’un bibliobus de la fondation Children of Africa, créée et présidée par la Première dame, sillonne la région du Hambol. Aménagé en bibliothèque et équipé de livres, ordinateurs connectés à Internet et films documentaires, le bus était à Dabakala en 2017, à Tafiré en 2018 et à Katiola depuis cette année.

Ainsi, outre les gestes ponctuels qui contribuent à améliorer de manière immédiate le quotidien des populations, la Première dame ivoirienne s’attaque aux causes complexes de la pauvreté. L’un des bibliobus de la fondation Children of Africa vise à susciter et maintenir le goût de la lecture chez les enfants afin de développer leur esprit critique et d’améliorer les conditions d’éducation d’une jeunesse particulièrement vulnérable car habitant des régions dans lesquelles les bibliothèques sont rares, voire inexistantes.

Les commentaires sont fermés.