ads bas

Daloa-Violence en milieu universitaire/ Les clubs de paix et la FESCI s’accordent

ads bas

Par Bernard N’dri-correspondant permanent/afriquematin.net

La salle TD de l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) – a servi de cadre le samedi dernier à la cérémonie de clôture des activités du club de la paix de ladite Institution, pour l’année universitaire 2016-2017.  Dressant le bilan de son mandat, d’octobre 2015 à décembre 2016, le président sortant, l’étudiant Kouakou Yannick a rappelé que plusieurs activités visant à restaurer le climat de paix au sein de l’université ont été organisées.  Au nombre de celle-ci, figure le conflit qui a opposé étudiants et enseignants. Le club  de paix de l’UJLOG a, à cet effet, participé au processus de stabilisation de ce différend et, par la suite participer activement à l’organisation de la cérémonie de demande de pardon  aux enseignants. « Toutes ses actions -, rentrent dans le cadre de notre mission, celui de faire de l’UJLoG un havre de paix », a-t-il rappelé. Kouakou Yannick a notamment  indiqué que les étudiants ont également bénéficié des formations à la culture de la paix, à la non-violence et à la démocratie en milieu universitaire. Tout en félicitant son bureau  pour le travail abattu ainsi que l’Onuci et l’administration de l’université pour le soutien apporté tout au long de sa mandature, le président sortant  a dit sa disponibilité à   soutenir  le nouveau bureau qui sera constitué.

L’étudiant Koléa Bi Kolé Éric Michel, le nouvel élu, a félicité son prédécesseur pour le travail ardu entrepris. Il a solennellement l’engagement de poursuivre les actions en faveur de la paix, de la cohésion sociale et de la fraternité dans leur milieu.

La présidente de la conférence des clubs de paix dans les Universités de  Côte d’Ivoire, l’étudiante Koffi Stéphanie a relevé que durant des années, les universités ivoiriennes ont été au cœur d’une véritable violence. Selon elle, ce climat de violence et de trouble observé dans les universités ivoiriennes pourraient si rien n’est fait porter un discrédit sur les diplômes des étudiants.  « Les clubs de la paix ont participé à la consolidation de la paix dans nos universités à travers des formations, des activités de sensibilisation de masse et socioculturelle en l’endroit des étudiants afin de redorer l’image de l’étudiant ivoirien», a-t-elle ajouté. Elle s’est-elle réjouie de la présence de la Fesci  à cette cérémonie qui, selon elle,  démontre sa volonté à œuvrer pour un climat de paix au sein du système éducatif, notamment les  Universités. Méledje Aristide, étudiant en master 2, coordinateur régional de fédération  dans le Haut Sassandra a reconnu que l’organisation  s’est  véritablement impliquée  dans l’implantation de la violence en   milieu scolaire et universitaire. Au terme de cette festivité, une formation sur les modalités pour être volontaire des nations unies, suivie de remise de diplômes aux étudiants ayant œuvré pour la paix en milieu universitaire et par une opération de planting d’arbre ont  meublé cette cérémonie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.