ads bas

Daloa- Le non-respect de la réforme 14 de l’UEMOA : Les responsables des transporteurs montent au créneau.

ads bas

Venus de toutes les régions du pays, les responsables du haut conseil   des transporteurs se sont réunis le mercredi dernier au centre culturel en vue de débattre sur de la question du non-respect du texte qui réglemente la circulation des véhicules dans le transport terrestre dans les pays de la Cédéao.  A l’entame de la concertation, le chef de la délégation de la région du Gbêkê, Sylla Bangali  s’est dit surpris de constater que ce texte est respecté partout dans les pays de la la plate-forme, sauf la Côte d’Ivoire. « Nous ne pouvons pas comprendre que tous les pays – appliquent  cette loi de 1982, sauf notre pays. », s’est-il indigné. D’où son appel  à une parfaite organisation de tous les transporteurs en vue de l’application stricte de ce règlement».Le directeur Régional des Transports, Diarrassouba Daouda a renchéri pour dire que c’est à la suite de la crise qu’a connue notre pays que ce règlement a pris un frein dans son fonctionnement. « Pendant la crise qu’a connue notre pays, l’État n’a pas jugé de mettre en vigueur l’application de ce texte pour des raisons humanitaires. C’est pourquoi beaucoup de pays de la Cédéao venaient faire le transport sans tenir compte de ce texte », s’est-il défendu. Avant de préciser qu’aujourd’hui, vu la normalité, toutes les conditions sont réunies désormais  pour que l’on mette en application ce règlement.  Aussi, il a  salué l’amélioration dans l’organisation des transporteurs en Côte d’Ivoire. Cette organisation a-t-il souligné a permis  au ministre de transport de mettre en place   les hauts conseils des transporteurs  dans presque toutes les régions du  pays. Ce qui, poursuit-il a facilité la rencontre de ce jour.  Le représentant du ministre Gaoussou Touré a rappelé également  les efforts fournis par son ministère en vue d’une amélioration des conditions de vie des transporteurs avec le renouvellement des parcs-autos pour une  valeur de plus de 100 milliards par l’État de Côte d’Ivoire.  Au cours de ces échanges quelques responsables des transporteurs ont interpellé le directeur du transport de la gérance  des autorités administratives dans le secteur de transport dans certaines localités. Une  préoccupation qu’a jugée  le directeur du transport anormal, d’où son interpellation « laisser les transporteurs gérer eux-mêmes leur secteur » a –t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.