Daloa / Éducation nationale/ Assemblée générale de l’Unic, Jacques Klaourou porte la voix des instituteurs

Par Franck Elisé Bouabré, correspondant Daloa, afriquematin.net

L’assemblée générale ordinaire de l’Union nationale des instituteurs pour le changement (Unic) s’est tenue le samedi 9 juillet 2022, à Daloa, au siège de la jeune chambre internationale.

« La trêve sociale, la vie de l’école ivoirienne, les conditions de vie de travail des enseignants », sont entre autres les points importants qui ont été au cœur des réflexions.  Et ce, pour explorer les meilleures pistes de solutions durables à la question des enseignants.

Jacques Klaourou, secrétaire général de l’Unic, a, au cours de son intervention présenté un tableau de revendications. Il s’agit entre autres de : « L’octroi d’une prime de santé conséquente, la revalorisation de l’indemnité contributive au logement, le reversement de tous les salaires suspendus ou ponctionnés injustement,  garantir la sécurité des enseignants sur les lieux de travail, la suppression des cours du mercredi, la suppression de l’entrée au CAFOP avec le niveau BEPC… », a t-il égrené. Il poursuit en proposant pour l’année scolaire prochaine 2022-2023 : « l’instauration d’une prime de santé annuelle de 200.000 FCFA pour les enseignants et les éducateurs du préscolaire, la revalorisation de l’indemnité contributive aux enseignants en fonction du grade selon les résolutions de l’atelier de Grand-Bassam qui s’est tenu du 10 au 14 avril 2019, payer les salaires suspendus excédant la période de grève ».

Le secrétaire général national a également insisté sur le renforcement de capacités des instituteurs recrutés avec le niveau BEPC, afin de pouvoir transmettre aux élèves une formation de qualité. « Nous souhaiterions que l’admission au concours du CAFOP soit imposé à partir du niveau BAC », a plaidé Jacques Klaourou. Enfin, l’union nationale des instituteurs pour le changement (Unic) par la voix de ses responsables, dit espérée de la part des autorités compétentes des actions concrètes en faveur des revendications soumises à leurs réflexions en vue d’une bonne collaboration.