ads bas

Crise migratoire/L’Ong Réalic veut apporter son expertise

ads bas

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Lutter contre la crise migratoire à travers une synergie d’actions visant à renforcer les efforts de dissuasion des candidats à l’immigration clandestine  dans les pays de la sous région touchés par ce fléau. C’est ce but  que le  Réseau ouest Africain pour la Lutte contre l’Immigration Clandestine (Réalic) veut atteindre, en se fixant cet objectif. Pour marquer cette détermination, une cérémonie de présentation de son organisation a été faite le mercredi 05 Avril 2017 dernier dans les locaux de l’ISTC Polytechnique à Cocody. « Le phénomène a pris de l’ampleur  vers la fin de l’année 2016 et s’est intensifié en début d’année 2017. Il était donc important que nous travaillons en amont pour freiner ce fléau. Et en terme d’actions, nous avons fait de la sensibilisation, ensuite en tant qu’humanitaire, nous avons financé  quelques de micro-projets, avec nos maigres moyens », a rappelé  la présidente du Réseau Florence Djiro. Faut-il le rappeler qu’en Côte d’Ivoire, ce phénomène a pris de l’envergure en dépit des actions que mène le gouvernement, appelant les communautés à exercer une influence sur les éventuels candidats issus de leur rang. Pour se faire le Réalic entend  susciter une forte implication des gouvernants ouest-africains, les organismes nationaux et internationaux dans cette lutte contre l’immigration clandestine. Un récent rapport de l’Organisation internationale pour les migrations a enregistré plus d’un millier de migrants ivoiriens sur le sol italien, en début d’année. « La présente organisation sous régionale de type associatif entend combattre ce fléau qui affecte les communautés », a-t-elle également  fait remarquer. Aussi,  dans  son plan d’exercice, le Réseau compte focaliser ses actions autour de la sensibilisation et la mobilisation de fonds pour accroitre le financement d’autres  micro-projets au bénéfice des éventuels candidats  à l’immigration. Ainsi le  court terme sera consacré au lancement des activités officielles  dans la ville de Daloa, ville considérée comme le point focal  des départs vers cet eldorado sans lendemains. A moyen et long terme, sera mise en place une plate-forme des Ong, dans l’optique de les engager dans cette lutte à l’échelle sous régionale. « Nous comptons faire du lobbying auprès des bailleurs dans le cadre du financement des micros  projets », a-t-elle indiqué. La  conférence a été enrichie par  quelques contributions notables de spécialistes en la matière dans la mise en œuvre du programme de l’Ong.

Notons que cette rencontre  de présentation des activités de  la structure a enregistré  la présence effective des représentants du ministère de la Famille, de l’Intérieur, de la CEDEAO, de la République fédérale d’Allemagne, des Etats-Unis et celle de quelques membres de la société civile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.