ads bas

Crise de confiance/Des épargnants critiquent des banques commerciales

ads bas

Enquête réalisée par Haidmond Kaunan/afriquematin.net

Un travailleur à petit revenu sur dix, trois  à revenus moyens sur dix et sept travailleurs à  revenus  importants sur dix possèdent un compte dans une  banque commerciale de la place. Et ce, étant donné que le phénomène de banque est devenu quasiment incontournable pour toute personne ayant un revenu plus ou moins important et ayant le souci de le protéger. Cependant, force est de constater que les relations entre les clients et les banques commerciales sont des plus mauvaises et  se dégradent progressivement.

Ces trois dernières décennies pourraient être baptisées « le temps des banques ». On a  assisté à la multiplication de banques classiques, banques-assurances, micro-finances sous nos cieux…suivie d’une publicité et de campagne de séduction. Cependant entre « le dit et le fait il y a un grand fossé » Pour tout dire, l’état des lieux est tout simplement grisant. Les clients  portent une critique acerbe sur les banques commerciales. « Pas questions d’aller voir ailleurs. Ce sont tous des arnaqueurs, (…) Non, ce n’est que peine perdue de vouloir changer de maison ils sont tous de la même mère ».Voici des réponses, conduisant les mêmes griefs que les clients portent sur leurs banques. A l’origine de cette colère universelle se  trouvent la lenteur, le manque de communication mais surtout le taux élevé des agios prélevés. Et qu’en est-il des prêts? Les relations entre clients et banques s’effritent lorsqu’il s’agit d’un prêt. « Pour les prêts, n’y comptez pas. J’avais demandé à ma banque un fonds pour une opération immobilière. Après moult  acrobaties  je n’ai que perçu que soixante dix pour cent (70%) et ils m’ont demandé  de trouver les autres trente pour cent (30%) ailleurs. Et comme je n’avais pas d’autres solutions j’ai raté l’affaire », dénonce le client d’une banque commerciale qui y est    logé depuis plus de 20 ans. Un autre client  fait remarquer que dans ces banques, lorsque vous demandez un prêt la banque vous demande plus de la moitié de votre besoin. « Pour un prêt de 400.000 francs on vous exige de déposer la moitié du prêt sollicité et il faudra payer 25.000 francs comme frais de dossiers. Vous vous rendez compte que vous avez avancé 225.000 francs ».

Au total les relations clients- banques, de façon générale  se présente sous de mauvaises  auspices. Les premiers qualifient les seconds de véritables arnaqueurs. Mais que peuvent-ils contre ces instititutions internationales?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.