CPI: La journée de mercredi à la Haye: Les deux acquittés commençaient à préparer leur sortie lorsque soudain….

CPI: La journée de mercredi racontée par l’envoyé spécial du journal Le Monde ( France ) à la Haye <<Les deux acquittés commençaient à préparer leur sortie >>

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé n’auront eu droit qu’à six heures d’une liberté très relative. La Cour avait mis à leur disposition une petite pièce, proche de la salle d’audience, réservée habituellement aux réunions de travail. Les deux acquittés pouvaient y recevoir leurs proches, venus à La Haye attendre la libération, commencer à préparer leur sortie. Laurent Gbagbo a reçu l’autorisation de la Belgique pour y retrouver son épouse et leur enfant. La destination de Charles Blé Goudé est plus incertaine. Dans les couloirs désertés de la Cour, en fin d’après-midi, les avocats et leurs équipes passent parfois une tête, pour fumer une cigarette, acheter des canettes de soda et des barres de chocolat dans l’un des distributeurs.

Dans les bureaux du procureur, en revanche, les juristes se réunissent en urgence pour rédiger une requête demandant la suspension de cette libération, le temps qu’une décision de fonds puisse être prise. L’accusation doit faire vite pour déposer ses requêtes. Car les deux acquittés étaient « techniquement libres », explique-t-on. Ils auraient pu donc franchir les portes de la Cour.
Au même moment, des juges d’appels sont dans leurs bureaux, sans que l’on sache de quoi seront faites les prochaines heures. Marc Dubuisson, l’homme des opérations spéciales de la Cour, s’active, sans lâcher un seul mot de ce qui se trame. Le greffe doit se préparer à toute éventualité. Pendant que les juges délibèrent au secret, des avocats et des visiteurs laissent filtrer quelques informations. Les acquittés pourraient passer la nuit dans une résidence surveillée ou un hôtel de La Haye, comme l’avait fait le Congolais Jean-Pierre Bemba en juin 2018 après son acquittement.

Aux alentours de 20 heures, les procureurs, écharpes au cou pour affronter les vents de la mer du Nord, quittent la Cour. La requête en urgence pour une suspension de la libération est désormais sur le bureau des juges. Celle-ci est également assortie d’un appel sur le fonds de la décision de les libérer.

Peu avant 22 heures, dernier coup de théâtre : les juges d’appel bloquent la libération, le temps d’examiner la requête urgente du procureur qui demande de suspendre la libération… Face à ce qui peut apparaître comme un nouvel imbroglio, Emmanuel Altit, l’un des avocats de Laurent Gbagbo, garde son calme habituel. « C’est l’affaire la plus importante de l’histoire de la CPI, précise-t-il. Les enjeux sont cruciaux, mais le plus important c’est l’acquittement prononcé, cela emporte tout. »

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook