Covid-19/ Dr Soumahoro Youssouf, Opérateur économique: « Le confinement général n’est pas la mesure applicable en Côte d’Ivoire »

Par Morrys Ouayou/Afriquematin.net

Le jeudi 15 avril 2020, dans les locaux de son entreprise sise à Cocody-Deux Plateaux les Vallons, Dr Soumahoro Youssouf, Opérateur économique, Médecin spécialiste en Santé publique, a organisé un point de presse au cours duquel il a donné son avis sur le confinement général.

Après le premier point de presse du 30 mars 2020 dernier qui a eu pour thème ‘’ Ma contribution et mon analyse face à la pandémie Covid-19’’, Dr Soumahoro Yousouf a animé le 15 avril 2020 son deuxième point de presse avec pour thème cette fois-ci ‘’Mon avis sur le confinement général’’. Depuis quelques semaines, l’actualité est dominée par le confinement général des populations en Côte d’ivoire, comme le souhaitent bon nombre de personnes. « Nous estimons que le confinement général n’est pas la mesure qu’il faille employer pour la Côte d’Ivoire. Chaque pays ayant ses réalités. Les pays africains ont leurs réalités ; les pays européens, les pays asiatiques, les pays américains ont les leurs. Chaque pays a ses réalités économiques, sociales, culturelles. Donc, pour ce qui concerne la Côte d’ivoire, on estime que le confinement général  ne va pas être la mesure à employer. Nous sommes en phase avec les mesures de sécurité prises jusqu’à maintenant par le conseil de sécurité qui mettent l’accent sur les mesures barrières, et également le confinement de tout Abidjan par rapport aux villes de l’intérieur. Il y a aussi les mesures additionnelles qui ont été prises par le Gouvernement et le conseil de sécurité, et, tout récemment, les six points en phase avec la lutte contre le coronavirus pour permettre aux ivoiriens  de pouvoir faire chuter la courbe de cette pandémie-là », a avancé Dr Soumahoro Youssouf. Avant de se prononcer sur la décision prise par le Gouvernement de faire le lavage et la désinfection des rues du District d’Abidjan de façon générale qui est l’épicentre de cette pandémie à coronavirus. La majorité des cas à 90% se retrouvant à Abidjan, Dr Soumahoro Youssouf  conseille aux populations, aux entreprises, aux institutions,  de compléter les mesures  de prévention arrêtées par le gouvernement et de les renforcer. Sans toutefois omettre les ménages qui pourraient se donner les moyens d’effectuer la désinfection en leur sein. « Que chaque entreprise essaie de faire la désinfection  à son niveau, les institutions également. Pour nous, il est important de renforcer les mesures de prévention  pour compléter celles qui existent déjà. La désinfection de nos lieux d’habitation, de travail est plus que nécessaire. Il faut mettre l’accent sur la désinfection pour être en phase avec ce qui a été déjà fait par le gouvernement. A savoir, la désinfection et le lavage des voies  principales et secondaires du District d’Abidjan » a-t-il suggéré.

Dans la deuxième partie de son intervention, il s’est agi pour le Président d’honneur de Horizon RHDP, Dr Soumahoro Youssouf, de faire des suggestions au conseil de sécurité et au gouvernement concernant le confinement. « On estime que des mesures ont été arrêtées  de façon générale  sur toute l’étendue du territoire ; or, sur toute l’étendue du territoire, on n’est pas logé aux mêmes enseignes.  Pendant qu’Abidjan fait 90% des cas,  il y a des villes qui sont à 1 ou 3 cas et qui font l’effort de tenir avec les mesures prises par l’Etat. Maintenant, quand on prend la décision de restriction des activités qui soient les mêmes que les mesures prises pour Abidjan que celles de l’intérieur,  nous disons non », a martelé Dr Soumahoro. Car selon lui, si on reste sur cette mesure, les effets collatéraux  de la lutte contre le coronavirus qui pourraient avoir plus d’effets que le corona lui-même, ne pourront être maîtrisés. « Notre pays enregistre  6 cas de décès selon mes dernières données ; mais quand on prend le nombre d’Ivoiriens qui se lèvent chaque matin pour aller chercher de quoi à nourrir la famille, ou à prendre en charge  sa petite famille par jour,  je pense que ces personnes-là constituent la majorité de la population ivoirienne. En demandant donc à tous ceux-là de réduire leurs activités ou de ne même pas les mener, du coup, vous voyez ce que ça fait ? Celui qui a par exemple un malade chez lui et qui a son activité fermée, est tout de suite incapable de prendre son parent en charge. Pas de nourriture, pas de soins. Si donc  nous ne tenons pas compte des effets collatéraux que le coronavirus pourrait avoir  dans notre contexte actuel, contexte social, contexte économique, quand il s’agira de faire les statistiques,  on pourrait avoir plus de décès dus aux effets collatéraux du coronavirus qu’aux effets directs du corona lui-même. Nous proposons donc qu’il faille prendre les décisions au cas par cas en tenant compte des réalités de chaque ville », a-t-il proposé.

Au nombre des suggestions faites par Dr Soumahoro Youssouf, nous avons : L’assouplissement des décisions au niveau des départements, en fonction du nombre de cas de chaque localité, le port de masque qui est aujourd’hui obligatoire dans tout le District d’Abidjan, à l’intérieur du pays, le port obligatoire du masque pour accentuer les mesures barrières partout en Côte d’ivoire. Mais aussi, la mise sous haute surveillance des villes  allant de 0 à 10 cas, laissant les populations de ces villes-là mener tranquillement leurs commerces et autres activités tout en respectant les mesures de prévention,  à savoir le port des masques,  le respect de la distance d’1m, le lavage régulier des mains, l’utilisation du gel hydro alcoolique ; en somme, que toutes les mesures barrières de prévention soient respectées. Car, selon Dr Soumahoro, si les activités des gens sont totalement arrêtées, ça va coûter très cher à l’Etat de Côte d’ivoire. « Si on dure dans ce climat, les gens seront étouffés, fatigués de cela. Ils préfèrent aller se débrouiller pour gagner de quoi à nourrir leurs petites familles que de rester à la maison. Nous estimons que le confinement général  n’est pas la mesure applicable en Côte d’Ivoire parce qu’on n’a pas le même environnement  que les pays développés pour pouvoir nous aventurer  vers le confinement général », a-t-il souligné.

On entend beaucoup de personnes dire que le nombre de cas ne fait qu’augmenter à Abidjan. Pourquoi comparer Abidjan aux villes de l’intérieur ou même de l’extérieur ? La Côte d’Ivoire  étant un pays leader de la sous-région, Abidjan est une plate-forme, un grand carrefour. Que les uns et les autres arrêtent de donner l’impression que les mesures prises par le conseil de sécurité et le Gouvernement  ne marchent pas. Toujours selon Dr Soumahoro, qu’on prenne les mesures pour permettre aux Ivoiriens de pouvoir tenir dans cet environnement déjà difficile. Que les mesures soient donc prises en tenant compte des réalités de chaque région, de chaque Département.  « Parce que pour nous, si le nombre de cas est très faible dans une localité, c’est que les gens y sont responsables et disciplinés. Après la période des 14 jours d’incubation passée, nous pouvons confirmer que les mesures qui ont été prises l’ont été au bon moment. Et nous estimons aujourd’hui qu’après les 14 jours d’incubation, si le taux d’incidence, c’est-à-dire, le nombre des nouveaux cas, stagne encore dans les villes, ça veut dire que l’isolement d’Abidjan a marché. Vivement que soient assouplies les décisions dans ces villes-là tout en les maintenant sous haute surveillance. Pour nous, c’est très important. C’est le lieu de reconnaître que les décisions prises par le conseil de sécurité sont très bonnes », a plaidé le Directeur Général du Groupement Ivoire Eco Environnement (GI2E), Dr Soumahoro Youssouf. Ensemble, nous vaincrons le coronavirus ! Mais dans la discipline et dans le strict respect des consignes barrières éditées par le Gouvernement de Côte d’Ivoire.

 

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook