Côte d’Ivoire / Le Comité National de Pilotage du PIDACC/BN s’installe.

Par Serikpa Djeckou De Sylva-Afriquematin.net

djeckoudesylva@gmail.com

 Le Comité de Pilotage pour le suivi de l’exécution du Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique dans le Bassin du Niger (PIDACC-BN) a pris fonction au 13 éme étage de la Tour A. Ce comité est composé de dix membres et est présidé par Didier Lohoury GBOGOU, Directeur de Cabinet du Ministre des Eaux et Forêts.

C’est un Comité National de Pilotage (CNP) créé par Arrêté du Ministre des Eaux et Forêts du 12 juillet 2019. Il a pour rôle le suivi de l’exécution du PIDACC/BN Côte d’Ivoire. Il assure également l’orientation stratégique et veille à la réalisation des objectifs assignés au programme ; notamment l’approbation des budgets, des rapports d’activités et des comptes annuels. Il est l’organe suprême du PIDACC/BN. Le PIDACC/BN, composante Côte d’Ivoire, est sous la tutelle technique du Ministère des Eaux et Forêts (Maître d’ouvrage) et est dirigé par le Coordonnateur National le Colonel KOUASSI Martin. Il est financé par plusieurs partenaires techniques et financiers (Fonds Stratégique pour le Climat, Fonds vert pour le Climat, Fonds Africain de Développement, Fonds Fiduciaire Union Européenne-Afrique, Fonds pour l’Environnement Mondial) ayant tous pour agence d’exécution la Banque Africaine de développement (BAD) et intervenant à hauteur de à 15 milliards 831 millions de Francs FCFA (dont 5 milliards 243 millions de FCFA de dons et de 7 milliards 903 millions de prêts), dont vient de bénéficier la Côte d’Ivoire.

Ce programme initié par l’Autorité du Bassin du fleuve Niger (ABN) est exécuté dans tous les neuf pays membres : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad. Il permettra à la Côte d’Ivoire de développer des outils techniques pour aider les populations bénéficiaires à mieux faire face aux effets du changement climatique. A titre d’exemple, des infrastructures hydroagricoles et infrastructures de pêche seront réhabilitées ou créées ; des plantations agricoles de cultures pérennes, de cultures maraîchères et de cultures vivrières seront créées et les acteurs auront leurs capacités renforcées. Ce programme a un important volet d’accompagnement social et va procurer plus de 20 000 emplois dans ses zones d’intervention.Le Directeur de Cabinet, Président du Comité, Revenant sur les effets attendus de ce programme, a indiqué qu’il s’inscrit dans le cadre de lutte contre l’ensablement du fleuve Niger. Il a soutenu qu’au terme du projet, les écosystèmes seront restaurés, et mieux gérés, les productions seront sécurisées et la capacité d’adaptation au changement climatique des populations bénéficiaires sera renforcée.

La composante PIDACC-Côte d’Ivoire sera mise en œuvre dans deux (2) zones. La première zone du projet est située au centre du pays et comprend cinq régions administratives. Il s’agit du Bélier, Gbèkè, N’zi, Moronou et Iffou. Cette zone couvre une bonne partie de l’ancienne « boucle du cacao et s’étend sur 25 965 km². La deuxième zone, d’une superficie de 28 982 km², couvre la portion nationale du bassin du Niger, située au Nord-Ouest du pays et s’étend sur trois régions administratives : la Bagoué, le Kabadougou et le Folon», a expliqué le Coordonnateur national du Programme, le Colonel KOUASSI Martin.

Notons que Mme KONE Alimata Bakayoko, Point Focal Opérationnel du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), institution incontournable parmi les instruments de la protection de l’Environnement dans le monde, est membre dudit comité. Intervenant, elle a mieux expliqué aux membres du CNP, le rôle du FEM dans le financement des projets dans le monde et particulièrement en Côte d’Ivoire.

La prochaine réunion du Comité national de Pilotage se tiendra le lundi 9 décembre 2019 pour analyser le Programme de Travail et Budget Annuels (PTBA) pour l’exercice 2020 du PIDACC/BN composante Côte d’Ivoire.

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook