Côte d’Ivoire /Élection Municipale et régionale du 13 octobre : Tout Abobo catégorique : « Koné Thefour ou rien ».

Par Serikpa Djeckou De Sylva-Afriquematin.net

Nous voici à Abobo, ce jeudi 04 octobre. Notre objectif, en savoir davantage sur le poids de chaque candidat, à la magistrature suprême de la commune d’Abobo.

A Akéikoi, notre première destination, nous nous installons dans un maquis de la place. Ici, ce sont les jeunes. Ils font des commentaires sur la campagne en cours pour le 13 octobre. Et c’est Lobouët Clovis qui lance les hostilités : « Koné Thefour est un petit très intelligent. Il a commencé sa campagne depuis 2015 en tant député d’Abobo. Prés de deux milles personnes ont été opérés de l’hernie, 50 personnes de la cataracte et 7 milles jeunes ont bénéficié de son assistance pour avoir le permis de conduire. C’est ça, on dit on est au service de la population », conclut-il. Mais Aboubacar Touré pense autre chose. « Hamback est l’émissaire du Président Ouattara ; c’est dire que Hamback peut changer Abobo avec les moyens que le PR va mettre à sa disposition», se content-t-il de dire. Raïssa Coulibaly, assise derrière une bouteille de jus d’orange à moitié vide, s’égosille dans ce brouhaha à se faire entendre : « Koné Thefour a donné un groupe électrogène à la maternité d’Abobo. Il n’a pas attendu la campagne électorale pour le faire », affirme-t-elle. Dans cette atmosphère de la campagne municipale à Abobo, les commentaires vont bon train. « Hamback oui, mais la commune a été toujours dirigée par les ministres du Rdr et Abobo n’a jamais changé », se plaint Désiré Kassi. Après une bouffée d’oxygène, nous nous rendons à la maternité d’Abobo.

LIRE AUSSI :   Salon international du coton et du textile (SICOT) : Une troupe musicale venue de la Maison d’arrêt et de correction de Koudougou

C’est une sage femme qui nous reçoit. Assise sur un banc, elle échange avec les parents de quelques patientes. Trois minutes d’attente, et nous voici dans le débat. A la question de savoir les dispositions prises en cas de coupure de l’électricité, elle répond : « En tout cas, avec la coupure d’électricité, il y avait toujours des pertes en vie humaine, lors des accouchements par césarienne. Mais ce problème est devenu un souvenir lointain. L’honorable Koné Thefour a fait un don d’un groupe électrogène. Un geste qui a permis de sauver plusieurs femmes en détresse. Que Dieu le bénisse ».Koné Thefour

Au quartier plaque I, dans un coin de la ruelle, c’est un instituteur que nous rencontrons. En tout cas, Kouassi Rodolphe croit en savoir d’Avantage : « Koné Thefour était instituteur. Ensuite, il est devenu journaliste après avoir fait l’Istc. Mais avant, il était animateur culturel à la mairie d’Abobo. Quand il est devenu député, il n’a pas oublié ses anciens collaborateurs. Il a soutenu les cinq inspections primaires que compte la commune d’Abobo, en kit scolaire. Koné Thefour a doté la bibliothèque municipale en divers documents pour contribuer à l’éducation de ses jeunes freres. En tout cas, nous les instituteurs d’Abobo, nous sommes avec Koné Tehfour », s’empresse-t-il de nous lancer.

Au grand carrefour d’Abobo, en direction de Sagbé-Céleste, C’est Pascal Gueu qui nous entretien. « Si on veut voir, je suis convaincu que Koné Thefour surnommé le vagabond de la charité sera élu au soir du 13 octobre. Mais attention. Son adversaire s’appelle Hamed Bakayoko, ministre de la défense. Pourra-t-il accepter de perdre les élections devant Koné Thefour qui ne représente rien au plan gouvernemental » ? S’est interrogé Pascal Gueu pour dire qu’Abobo veut Koné Théfour à la tête de la commune, mais à lui et à son staff, vigilance.

LIRE AUSSI :   Bouaké/ Réconciliation : Comme le pape Jean Paul II en 1983, un ancien mutilé de guerre de Korhogo veut rencontrer Fofié Kouakou.

djeckoudesylva@gmail.com