Carine Aya Guessend (Membre du Bureau politique Pdci-Rda): «Je pense modestement que je suis un modèle au niveau de la jeunesse »

Âgée de plus d’une quarantaine d’année, Carine Guessennd, a été nommée par Henri Konan Bédié, membre du Bureau politique du PDCI-RDA, un parti réputé de vieux. Dans cet entretien-, cette militante décomplexée, active sur les réseaux sociaux, parle de la nouvelle jeunesse du Pdci-Rda 

 Vous êtes jeune et vous venez fraichement de faire votre entrée au Bureau politique. Quels sont les sentiments qui vous animent?

Je suis très contente, je pense modestement que je suis un modèle au niveau de la jeunesse qui a gravi tous les échelons pour arriver à ce niveau. J’ai commencé en tant que militante simple en 2002. En 2013, je suis passée au Grand Conseil lors du Congrès qui a eu lieu au Parc des sports de Treichville. Six (06) ans plus tard, le Pdci-Rda a reconnu mes efforts. Le parti s’est rendu compte que je n’avais d’abnégation que de le voir au pouvoir et m’a récompensée en me mettant au Bureau politique.

Est-ce que votre exemple vient faire mentir ceux qui disent que le PDCI-RDA est un parti de vieux?
C’est un démenti. Il n’y a rien à redire. En fait, on n’a pas besoin d’attendre mon entrée au Bureau politique pour savoir que le Pdci-Rda est un parti qui regorge de jeunes, en 2013 au Grand Conseil, j’avais 33 ans. Aujourd’hui, pour ceux qui fréquentent le siège du Pdci-Rda, ils voient que le parti foisonne de jeunes, de jeunes cadres dynamiques qui ont envie de donner de leur personne au parti. Le fait que je sois aujourd’hui au Bureau politique, qui est un organe de décision, confirme que Pdci-Rda est un parti de jeunes.

Comment entrevoyez-vous lavenir de votre parti ?

On n’aura pas le choix que de donner l’opportunité à ce parti qui a déjà prouvé et qui continue de prouver ses capacités à donner la possibilité à la Côte d’Ivoire de sortir de cet engrenage et de retrouver ses belles années. En ce moment-là, quand en 2020 le Pdci-Rda sera au pouvoir, l’on pourra dire que le miracle qui a  commencé au temps de Félix Houphouët-Boigny et qui a poursuivi sa voie au temps du président Bédié a repris son chemin !

2020, c’est dans quelques mois seulement. Est-ce que votre parti est sur la bonne voie pour remporter cette élection?
Le Pdci-Rda ne peut qu’être sur la bonne voie. On nous a dit que le Pdci-Rda est en train de se vider, si ma mémoire est bonne  le dernier Bureau Politique comptait  800 personnes. Aujourd’hui, on a 1927 personnes. C’est dire que ce parti attire. C’est un parti qui a prouvé malgré tout qu’il a les capacités, les hommes, les aptitudes pour récupérer la Côte d’Ivoire et lui redonner ses lettres de noblesse. C’est donc sans hésiter que je dirai que 2020 nous appartient.

Quel est le profil du candidat du
Pdci-Rda que vous voulez?
C’est la convention qui va décider du choix du candidat. Mais on est tous d’accord qu’il doit être un militant chevronné, un militant qui a les capacités intellectuelles pour diriger la Côte d’Ivoire. Au niveau du Pdci-Rda, on n’a aucun doute. On trouvera la personne idoine qu’il faut pour représenter le parti et gagner les élections.

Quels conseils avez-vous à donner à tous ceux qui hésitent à vous rejoindre au Pdci-Rda?
Il y a un parti qui existe depuis plus de 70 ans qui a fait ses preuves. Un parti qui est le moins violent en Côte d’Ivoire. Un parti qui a montré que le potentiel humain qu’il a en son sein est efficient et efficace, il n’y a plus d’hésitation à faire, il faut venir au Pdci-Rda

Source : Le Nouveau Réveil avec afriksoir.net

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook