Café-Cacao/Quels sorts réserve-t-on aux producteurs ?

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net

 « J’ai la solution pour l’agriculture. Si vous me donnez le pouvoir je vous remettrai l’agriculture. Vous aurez un bon prix pour le cacao et l’hévéa», c’était l’une des principales  promesses faites au monde agricole sur la place publique de Méagui, le 31 juin 2009 par le chef de l’Etat actuel, Alassane Ouattara.

Malheureusement, de toutes les couches sociales auxquelles ces promesses ont été faites c’est la masse paysanne qui est la plus déçue et qui se sent trahie. Les producteurs de cacao, de caoutchouc, de noix  de cajou estiment tout simplement que tout le bénéfice de leur dur labeur passe par  les  nombreux prélèvements du gouvernement.
Certains observateurs du monde paysan et agricole estiment  que  les producteurs de cacao pourraient connaître une grande amélioration du prix de l’or brun pour cette campagne 2019-2020, car l’année électorale s’approchant. Surtout que  le Chef de l’État lui-même avait fait cette assurance au cours de son adresse télévisée pendant les festivités de l’an 59 de la Côte d’Ivoire. Avant que le conseil du café et du cacao ne vienne démentir l’information. Sachant bien sûr que compte tenu des mauvais cours mondiaux du cacao le gouvernement ivoirien ne serait pas prêt à faire un sacrifice encore des allégeances les taux de prélèvement aux producteurs. Ce que vient de confirmer l’ex-ministre du commerce extérieur et spécialiste du cacao, Guy Alain, Guauze. Affirmant que c’est « une illusion pour les producteurs ivoiriens de penser à 1000 Francs CFA/kg ». En sa qualité de sachant, l’ex-ministre  n’imagine pas un sacrifice de la part du gouvernement. Raison pour laquelle l’observateur averti qui sait ce que représente le café cacao pour ce gouvernement de plus d’une cinquantaine de ministres, se demande s’il serait prêt à lâcher la « caisse noire ! »….

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook