ads bas

Ano Kouao Daniel, Président de la Fédération des Naturothérapeutes  et Tradipraticiens de Côte d’Ivoire                                          « Nous invitons tous les membres à se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise »

ads bas

 

 Entretien réalisé par Haidmond Khaunan, collaboration Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Ano Kouao Daniel, la fédération que vous avez l’honneur de  diriger se porte-t-elle bien ? Et combien de membres revendiquez-vous ?

Elle se porte très bien en ces sens que nous menons nos activités dans un sens évolutif. Nous avons pu bénéficier de la loi qui régit cette médecine en collaboration avec le programme national de la promotion de la médecine traditionnelle. Il s’agit de la loi numéro 2015-536 du 20 juillet 2015 relative à l’exercice et à l’organisation de la médecine traditionnelle et de la pharmacopée africaine. C’est déjà un pari gagné d’autant plus que nous étions dans l’informel et aujourd’hui avec cette loi nous exerçons paisiblement notre métier grâce au combat que la fédération a mené. Concernant les membres, notre fichier a enregistré plus de 10.058 praticiens  de la médecine traditionnelle reconnus.

Pouvez-vous rappeler le rôle de cette fédération?

C’est la seule structure faîtière reconnue officiellement par les ministères de l’intérieur et la santé qui a pour rôle  de rassembler toutes les associations et Ong exerçant dans le domaine de la médecine traditionnelle et la pharmacopée africaine et des personnes physiques et morales  qui exercent également dans ce domaine. La fédération joue également le rôle d’intermédiaires entre nous et les autorités compétentes et défend nos droits de sorte que nous vivions mieux du fruit de nos recherches

Qu’en est-il pour le programme national de la promotion de la médecine traditionnelle?

Comme l’indique son nom, c’est de faire la promotion de la médecine traditionnelle sur le plan national. En un mot, c’est d’encadrer les praticiens de la médecine traditionnelle dans l’ exercice de leur activités .

Mais il se trouve que certains praticiens de la médecine traditionnelle disent ne pas se reconnaître dans la fédération mais s’appuient seulement sur le programme national…Comment réagissez vous? 

Effectivement nous remarqué qu’il existe un certain nombre de brebis galeuses et égarées  qui existent dans notre corporation. Ils exercent ce métier sans avoir la carte du tradi-praticiens. C’est très dangereux ce qu’ils font d’autant plus qu’il n’existe pas d’écoles de formation de tradi-praticiens  en Côte d’Ivoire. Nous n’avons aucune trace dans des archives. Donc c’est par cette carte qu’on peut nous reconnaître. Si nous  avons cette loi qui nous protège c’est grâce à la ténacité de cette fédération. Fédération qui adhère  ses membres, les  associations  membres qui sont en contact direct  avec les tradi-praticiens professionnels. C’est une obligation d’être membre de la seule structure officielle qui doit d’abord donner un certificat de notoriété avant de se faire recenser au programme national dont la seule mission est de faire la promotion et l’encadrement des praticiens  de la médecine traditionnelle. Pour ma part, si ces conditions ne sont pas remplies, je considère que ce  sont des brebis galeuses et égarées qui doivent revenir à la bergerie. Il y a une nécessité de se faire immatriculé avant tout.

Mais il se raconte que certains fabricants de médicaments traditionnels et naturothérapeutes sont traqués par les autorités. Qu’en dites-vous?

La fédération a été saisie et elle se concerte. Nous avons été informés qu’un des nôtres est a été arrêté. Je précise que dernier n’est pas  reconnu dans nos fichier. J’avais reçu la visite du programme national qui m’avait informé qu’’un tradi-praticien serait traqué et jeté en prison. Je dis bien que c’est déplorable. Il y a souvent quelques incompréhensions et nous avons pu régler ces problèmes à l’amiable. Mais comme le chef a le dos large, nous avons engagé un avocat en collaboration avec la famille de ce collègue afin de solliciter sa mise en liberté provisoire. Mais sachez qu’en temps normal aucun praticien de la médecine qui est en règle vis-à-vis avec la fédération ne peut être l’objet de traque. C’est la raison pour laquelle nous ne cessons d’inviter nos collègues  à adhérer à la fédération, en vue d’éviter des surprises désagréables.

Alors face à cette situation, avez un message particulier pour la corporation?

Encore une fois de plus, j’invite toute la corporation à se mettre en règle vis-à-vis de la fédération nationale de naturothérapeutes et tradi-praticiens(FTSNCI), la seule structure fédérative reconnue  par les autorités compétentes. J’ajoute que la seule carte de recensement du programme national de promotion de la médecine traditionnelle(PNPMT) ne suffit pas pour exercer cette fonction. Tous, doivent se faire connaître par la fédération pour se mettre à l’abris des surprises désagréables.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.