Anaky Kobena Pdt du MFA : « en 2020 la Côte d’Ivoire est soit sauvée, soit irrémédiablement perdue »

Par Vouzo Zaba, Afriquematin.net

Le président fondateur du Mouvement des Forces d’Avenir(MFA), Innocent Anaky Kobena, a tenu, au siège de son parti, à la riviera 3, un point de presse afin de situer les ivoiriens sur l’urgence de former un front commun pour faire face « au camp du président Ouattara qui veut faire de la Côte d’Ivoire ce qu’il veut ».

Le premier responsable  du MFA n’est pas aller du dos de la cuillère pour pointer du doigt les maux qui, selon lui, minent la Côte d’Ivoire. Dès son entame, il a été on ne peut plus clair quant au tableau qu’affiche son pays : « Notre pays a régressé sur tous les plans, économique, social et politique ». Et pour Lui, le premier responsable n’est autre que l’actuel chef d’Etat, Alassane Ouattara, présenté comme « grand expert en économie » et qui en réalité n’est qu’un « banquier » totalement différent de l’économiste « chef de la grande orchestration de l’économie, qui touche et imbrique l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, le bâtiment et les travaux publics, l’ensemble des services publics et privés ».

Le pdt du MFA a, en outre, stigmatisé  ce qu’il considère comme de l’autocratie chez le président de la république, aux antipodes du démocrate dont celui-ci devrait se prévaloir. « Du jour au lendemain, même ses partenaires politiques devraient se mettre aux ordres, ses collaborateurs les plus proches durent apprendre à baiser les yeux et plier  l’échine devant cette montagne d’autorité hégémonique et inflexible »,                                       Et selon Anaky Kobena, le point culminant de l’incapacité du premier des ivoiriens à tenir le gouvernail du navire Ivoire réside dans l’endettement de la Côte d’Ivoire. Pour lui, avec plus de 15.781 milliards de dette, le seuil de saturation est atteint et il n’est plus possible de lui accorder un crédit quant à  un autre mandat.

Ainsi, pour  lui, il est impératif que les ivoiriens parlent d’une même voie en vue de préserver les générations futures. « En 2020, la Côte d’Ivoire est soit sauvée, soit irrémédiablement perdue ». Pour Anaky Kobena, les nombreuses alertes lancées par le MFA depuis 2011 et par les ivoiriens, doublés des signes prémonitoires  du retrait du  président Bédié du RHDP et de la sortie du président Gbagbo de prison, ne sont que l’expression de la providence divine. « Aujourd’hui, il y a le camp des enfants de la terre Ivoire et le camp du président Ouattara qui veut faire de la Côte d’Ivoire ce qu’il veut  ».

Tout en tenant compte de tout ce qui a pu diviser les ivoiriens dans leurs  combats antérieurs,  le fondateur du MFA dit croire en la capacité de tous  à surmonter leurs rancœurs pour la cause du pays «  Personne n’a encore trahi, les portes du village Ivoire demeurent  largement ouvertes à tous ».

Pour terminer, il a rappelé aux  les ivoiriens l’urgence dans laquelle se trouve la Côte d’Ivoire quant au périple qui la guette. Aussi, s’est-il évertué à en appeler au concours de tous pour l’ultime combat qui se profile à l’horizon 2020. « Ivoiriens, ivoiriennes, aux Amériques, en Europe, en Afrique et ailleurs dans le monde, vous avez commencé à vous retrouver pour partager vos craintes pour le pays. Ici en Côte d’Ivoire, tout est déjà rassemblé et accompli ! Autorités traditionnelles et religieuses, société civile, tout le monde est déjà dans cette fusion. Maintenons la flamme ».

Comparer

Facebook