Akouê-Agban/ Le chef du village Alidjé Djoman, prône l’entente entre les fils

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Débutée par les festivités d’initiation dans la nuit du vendredi, les guerriers, rentrés du   bois sacré  ont eu leur salut que  le samedi 25 aout 2018, jour de la réjouissance. La traditionnelle fête de génération a pris fin le samedi 31 sous de bons auspices. A en croire le chef Alidjé Djoman. «Comme notre coutume l’indique, il y a des années, des générations passent. C’est au tour de la génération Bléssoué. Effectivement, c’est nous qui sommes les pères  de cette génération. Par conséquent, il est de notre devoir de les assister et de les encadrer. A cet effet, puisque la société Atchan est bien organisée, ainsi donc pendant trois ans, (c’était cinq à l’époque pour une génération), mais avec l’évolution des choses, on a réduit le nombre d’années à trois ans. Les trois années passées, c’était les Bléssoué Djéou,  aujourd’hui, c’est au tour des Bléssoué Dongba. A cela, nous avons indiqué qu’après tant d’histoires,  d’incompréhension dans le village, il va falloir réconcilier les uns et les autres. C’eest ce que j’ai pu faire en  réunissant les forces vives du village pour aller au pardon afin d’amorcer la voie du développement », telles ont été les conclusions d’Alidjé Djoman, au terme de cette célébration des festivités marquant la génération de la classe Bléssoué Dongba.  Ainsi, a-t-il dédié  la réussite de cette fête, d’abord au Parrain de la cérémonie,  Diaby Lanciné, le directeur général du Fonds d’entretien routier, en présence du    gouverneur du distrct d’Abidjan, Beugré Mambé, qui avait à ses côtés le maire Beugré Djoman, sans oublié  l’Evêque métropolitain, Monseigneur Siméon Ahouana  et autres invités de marque.

LIRE AUSSI :   Littérature/ ‘’L’Espoir Africain’’, Un roman-vérité pour comprendre l’échec des indépendances en Afrique subsaharienne.