Affaire Hammond-Chic/La COMTAT-CI et des Ivoiriens de la société civile scandalisés

Par Fidèle Neto*

L’animatrice de l’émission « Allo Caviar » sur une chaîne de télévision privée, Coach Hammond Chic est apparue aux côtés de son employeur, Fabrice Sawegnon, cigare et champagne en main sur les réseaux sociaux. Cette image a choqué plus d’un internaute ivoirien, au point où les deux « acteurs » ont fait l’objet de critiques très acerbes sur la toile.

La Conférence des Médias contre le Tabagisme, l’Alcoolisme et la Toxicomanie en Côte d’Ivoire (Comtat-Ci)-, membre du Réseau des Ong de lutte anti-tabac, condamne avec la dernière énergie, le comportement de la coach Hammond Chic et le patron de ce média pour des images qui ont fuité sur les réseaux sociaux.

  Cette image qu’elle présente avec -, Fabrice Sawegnon, le responsable de cette chaine est inacceptable. – Ce comportement n’est pas fait pour aider la Côte d’Ivoire dans sa lutte anti-tabac et l’alcoolisme. Surtout pour sortir sa jeunesse de cette gangrène causée par la consommation abusive du tabac et des produits de tabac.

Venant d’une personne qui se dit influenceuse comme Hammond Chic et d’un homme de la trempe de Fabrice Sawegnon, -, candidat malheureux Rhdp aux dernières élections législatives au Plateau, proche du couple Ouattara et idole d’une certaine jeunesse, n’est pas responsable.

 En notre qualité de Président de la Conférence des Médias Contre le Tabagisme, l’Alcoolisme et la Toxicomanie en Côte d’Ivoire (Comtat-CI), nous ne pouvons pas accepter cette dérive sous silence. Nous condamnons cet acte – et appelons-les concernés à plus de responsabilité. Au besoin nous leur demandons de les retirer immédiatement.

La Côte d’Ivoire souffre déjà depuis 2005 avec la perte, chaque année, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de près de 5000 personnes du fait du tabagisme avec 14% de sa jeunesse et une prise en charge des malades du tabac à hauteur de 28 milliards, nous pensons qu’il ne faut pas en rajouter avec ce genre d’attitude.

 Partant de ces faits, la Comtat-CI tient à leur faire savoir ou rappeler, et cela est aussi valable pour l’ensemble des populations ivoiriennes, que Hammond Chic et Fabrice Sawegnon, doivent comprendre qu’ils sont passifs de poursuite judiciaire par rapport à ces images postées sur les réseaux sociaux.

A ce sujet il faut que les deux « acteurs » sachent qu’en Côte d’Ivoire, depuis 2019, on a une loi, la loi de 2019-676 du 23 juillet 2019 relative à la lutte anti-tabac votée par les députés et promulguée par le Président de la République de Côte d’Ivoire, son Excellence, Alassane Ouattara, qui permet de statuer sur les questions de tabac et les produits de tabac.

Pour ce qui concerne ces images qui ont fuité sur la toile, -l’Article 18 de la loi anti-tabac, stipule – que « la diffusion de toute scène tabagique est interdite à travers tout moyen de communication… » (Télé, radio, Facebook, Instagram, twitter, WhatsApp, Tik-Tok…).

Mieux, que celui qui ne respecte pas cette disposition, est frappé par l’Article 26, qui stipule que « est puni d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de 5 000 000 à 50 000 000 FCFA où de l’une de ces deux peines seulement, quiconque, à des fins de promotion ou de publicité sous toutes ses formes, utilise des images du tabac et produits tabac, offre, remet, distribue du tabac ou des produits de tabac… ». La loi va plus loin pour interdire la vente du tabac et des produits de tabac aux mineurs, aux femmes enceintes, aux abords des établissements publics ou privés, en détail et la vente par les mineurs.

 Cette loi est pour le moins qu’on puisse dire, fait suite au décret, N° 2012-980 du 10 octobre 2012 portant interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun, pris par l’Etat de Côte d’Ivoire, en son temps pour lutter contre l’inflation du tabagisme en Côte d’Ivoire.

Ce texte définit le terme « lieux publics » comme tous lieux clos ou ouverts, accessibles au grand public y compris les lieux de travail. Et partant de ce fait, les locaux de cette télévision privée, répondent parfaitement à la description de lieu public.

 Donc, par ricochet, tombent du coup, sous le décret portant interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun, de la loi de 2019 sur la lutte anti-tabac. A cet effet, la Comtat-CI se donne le droit, au regard de la loi, de porter plainte.

*Président de la Conférence des Médias contre le Tabagisme, l’Alcoolisme et la Toxicomanie en Côte d’Ivoire (COMTATCI)