Enseignement supérieur/ La CNEC se prononce sur la situation des docteurs non recrutés

CONDITIONS POUR UNE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2022-2023 APAISÉE

Communiqué du Bureau National (BEN) de la Coordination Nationale des Enseignants Chercheurs et Chercheurs (CNEC)

Dans une déclaration faite devant les fondateurs des grandes écoles et universités privées de Côte d’Ivoire, Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a annoncé de façon unilatérale la date de la prochaine rentrée universitaire unique pour le 03/10/2022 sur toute l’étendue du territoire national. Sans toutefois denier au Ministre son pouvoir discrétionnaire, le Secrétaire Général National, Porte-Parole de la CNEC, Dr KAZON Diescieu Aubin, observe depuis un certain temps des faits qui peuvent mettre en mal le fonctionnement de l’Enseignement Supérieur de l’année à venir et ternir l’esprit et la lettre de la signature de la trêve sociale obtenue au prix de mille sacrifices des syndicats par le gouvernement.

En effet, la CNEC avait interpellé le ministère en son temps sur la décision unilatérale de fermer les UFRs des sciences humaines et juridique à l’Université Lorougnon Guédé de Daloa. Malheureusement, cet appel a été ignoré et la décision appliquée par la tutelle. Il eut donc fallu que cette année les étudiants de la FESCI rentrent en grève pour que la tutelle fasse un rétropédalage.

Le Secrétaire Général National regrette cet affront subit par les autorités en charge de l’Enseignement Supérieur, conséquence du refus du Ministre d’initier un minimum de concertation avec ses partenaires sociaux avant la prise de grandes décisions qui engagent tout son département. Pourtant, le processus de négociation Gouvernement-Syndicats et la signature de la dernière trêve sociale le 09/08/2022 font la promotion d’une telle démarche.

LIRE AUSSI :   Gabon : le vice-président reconnaît qu'Ali Bongo a fait un AVC

Ensuite, le second fait qui attire l’attention du Porte-Parole, relève de la question des Docteurs non-recrutés. Ainsi, même si le bureau de la Coordination Nationale des Enseignants du Supérieur et des Chercheurs (CNEC) salue la volonté du Ministère de ne sélectionner que les candidats docteurs ayant des qualités avérées dans leur domaine respectif, il est à noter que la méthode consistant à faire composer par écrit des titulaires du Doctorat dévoie le métier d’enseignant chercheur et de chercheur et jette l’opprobre et le discrédit sur les éminents Maîtres et Professeurs qui en sont les encadreurs et les évaluateurs.

Nous assistons à une sorte de désacralisation du Doctorat dans notre pays et à l’international. Le non classement des Universités ivoiriennes ne gagne-t-il pas un terreau fertile de confirmation de cette décision !

C’est pourquoi la CNEC dénonce les discours du Ministre visant à remettre en cause le niveau des docteurs non recrutés de Côte d’Ivoire. Il faut les mettre à l’épreuve pour jauger de leur niveau.

Dans cette perspective, Dr KAZON demande à la tutelle la suppression pure et simple de cette rubrique lors du prochain recrutement des Docteurs, car elle n’honore pas l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire.

Enfin, le dernier fait repose sur la prochaine rentrée académique prévue pour octobre 2022. Faut-il rappeler au Ministère de l’Enseignement Supérieur qu’il faut éviter de mettre la charrue avant les bœufs ? Oh que non ! En clair, il s’agit de dire qu’il faut régler définitivement les problèmes de l’année en cours avant d’entamer une nouvelle (à titre d’exemple, la question des différentes nominations et/ou reconduction de doyens d’UFR et responsables de services dans toutes les structures de l’Enseignement Supérieur).

LIRE AUSSI :   Élections à la Mugef-ci/ Le scrutin se déroule avec ferveur et dans le calme

 Aussi, la CNEC voudrait demander au Ministre d’ouvrir très rapidement les discussions au plan sectoriel pour non seulement vider tous les contentieux mais également débattre des vraies questions relatives au projet de décret sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique.

C’est à ce seul prix que nous ne retomberons plus dans les travers d’il y a à peine trois semaines.

Dans les semaines à venir, la CNEC appellera à une grande Assemblée Générale de Rentrée Syndicale tous les enseignants chercheurs et chercheurs pour décider de la conduite à tenir.

Salutations syndicales

Pour le BEN
Le Secrétaire National à l’Information et à la Communication
BAKAYOKO Mamadou