Marie-Louise Béibro (Chantre): des chansons conduisent à Christ

Par JUSTIN  KASSY – Afrique Matin.Net

Situé au quartier « Air-France », le « Collège Victor Hugo » de Bouaké est un établissement secondaire (1er et 2ème cycle) de notoriété. La plupart des hauts cadres du pays y sont passés. On peut se permettre d’affirmer que c’est un établissement de célébrités. C’est aussi une tradition. Qui est encore respectée. A preuve ! Marie-Louise Béibro, chantre de l’Eternel de talent, tient avec compétence et rigueur, le service de la scolarité dudit collège comprenant : les inscriptions et la comptabilité.  En fait, Marie-Louise Béibro est aujourd’hui, une star de la chanson religieuse qu’elle pratique depuis l’âge de six ans. Qui ne fredonne pas quelques-unes de ses chansons, en ayant en esprit son visage au regard captivant, séduisant.

Marie-Louise Béibro fait l’objet d’admiration et d’attraction au collège « Victor Hugo » de Bouaké. Les élèves ne se lassent pas de se pâmer d’admiration pour elle, chaque fois qu’elle sort de son Bureau pour effectuer des courses en ville.

A Bouaké il y a quelques semaines, nous avions pu la rencontrer. C’est un plaisir de rencontrer cette femme pleine de grâces. Avec qui, nous avions appris qu’elle a à son actif, pour l’heure, un seul album, intitulé « Dieu fait grâce !» de huit titres dont le titre-phare est : Mi affè. « Cette chanson explique tout simplement ma vie », dit-elle. Un peu plus loin, Marie-Louise ajoute que « quand on a la foi, Dieu nous fait grâce. Il n’est jamais trop tard quand on a foi en Dieu ». La Chantre de l’Eternel vit ses chants et ses prestations à travers lesquels des âmes se sont données à Christ. A propos de son prochain album, il faut retenir que les compositions sont déjà prêtes. Mais dit-elle, « il faut permettre aux mélomanes de bien savourer l’album qui est présentement sur le marché discographique.

LIRE AUSSI :   Coronavirus : levée de la quarantaine à Pékin pour les voyageurs étrangers

Marie-Louise Béibro était et est encore aujourd’hui, maîtresse de chœur de l’église « Notre Dame de la Visitation » de Yamoussoukro. Dans cette église, ses chansons ne manquent pas de faire effet. Tenez ! Une femme est venue témoigner de l’effet qu’un de ses titres lui a fait.  Une autre a témoigné en disant qu’elle faisait des enfants, mais quelques années plus tard, ils décédaient. Mais après l’avoir écouté lors d’une de ses soirées, elle avait enfanté et cette fois-ci, son enfant est resté. Elle lui a manifesté sa reconnaissance en donnant le prénom : Marie à sa fille. La chantre n’a pas manqué de dire à cette femme de remercier la Vierge Marie et non elle : Marie- Louise Béibro. A travers ces témoignages, Marie-Louise Béibro éprouve de la joie, une joie, dit-elle, qui la réconforte dans ma foi. Car pour elle, estime-t-elle, mon objectif, c’est de gagner des âmes à Christ par mes chansons.

Marie-Louise Béibro reconnaît la puissance de Dieu. Elle a rendu au cours de l’entretien un témoignage personnel de la puissance du Seigneur : « J’ai eu le cancer de l’utérus. Mais Dieu m’a guérie miraculeusement. C’est dire que je reçois aussi des attaques de l’ennemi, du diable. Mais le Seigneur se glorifie toujours. » Marie-Louise Béibro a été aussi Maitresse de chœur à l’église « Saint Matthieu » de Niangon Cité- Verte.