Cherté du Bétail/L’insécurité reste la cause première

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net

 « La cherté de la viande et du bétail n’est ni liée à des  frais ni à la distance qui sépare la Côte d’Ivoire du pays d’origine du bétail. Mais  cela est du fait de la crise et l’insécurité qui règnent dans  le Sahel, précisément dans le nord et le centre du Mali et du Burkina Faso », explique  le président de l’association des éleveurs et vendeurs de bétail « Garbal » d’Abobo-Anador Dicko Djibril. Selon lui, « certains éleveurs sont obligés de brader une partie de leurs bêtes en vue d’acheter des aliments de bétails industriels pour nourrir leur cheptel ». Il  révèle  également que lors des dernières festivités du Ramanda, « le bilan n’a pas été  fameux et moins de 40%  de nos bêtes sont sorties », dit-il, amaigri par ce souci. Mais  Dicko Djibril reconnaît que le bétail revient excessivement  cher, car les prix à l’unité oscillent en moyenne entre 100.000 et 150.000Fcfa. Toutefois, dénonce-t-il  l’insécurité qui règne sur ce site d’Abonbo-Anador, qui est le deuxième grand marché ivoirien pourvoyeur  de bétail après celui de Port- Bouet.

LIRE AUSSI :   Débat/Le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense instruit les journalistes sur la sécurité nationale face au terrorisme transfrontalier