Komoé Mesmin, Pca de la MUGEFCI : « Zadi Gnagna et tous ceux qui vocifèrent ne troublent aucunement notre sommeil ».

Par Vouzo Zaba, Afriquematin.net

La direction générale de la mutuelle des fonctionnaires et agent de l’Etat de Côte d’Ivoire (MUGEFCI) a organisé ce mardi 30 octobre 2018 un déjeuner de presse en vue de dresser le bilan annuel de ses activités. Le moins que l’on puisse dire, est que le premier dirigeant de la mutuelle n’est pas allé du dos de la cuillère pour tancer tous ceux qui, à ses yeux, veulent empêcher la nouvelle direction de mener à terme son programme.

«  En un an d’exercice, nos comptes ont été audités à cinq reprises. C’est la première fois que cela se fait depuis la création de la mutuelle. Heureusement, rien d’anormal n’a été découvert et cela nous conforte face aux agissements de certains syndicalistes qui tentent de mettre à mal la confiance entre nous et les mutualistes» a souligné Mesmin Comoé, président du conseil d’administration de la MUGEFCI. Il a enfoncé le clou en mettant à nu l’hypocrisie, selon lui, dont fait preuve tous ceux qui, par média interposé, veulent entacher la crédibilité de ses actions en faveur des mutualistes : « les Ivoiriens doivent savoir que la plupart  de ceux qui crient à tous vent  n’ont jamais été adhérents à IVOIR’ SANTE, même du temps où ceux-ci étaient au commande de la mutuelle »

Il a en outre dénoncé la coalition qui se met en place par les prestataires et qui veut perpétuer des pratiques qui ont mis à mal la bonne gestion de la MUGEFCI. Entre autre le système des bons de mutuelles dont l’opacité bénéficiait uniquement aux prestataires et qui créait un déficit considérable dans les comptes. Concernant le sujet des  taux de cotisation qui font la une de certains tabloïds, il n’a pas manqué de dénoncer la mauvaise foi dont se prévalent leurs auteurs : « nous ne faisons qu’appliquer les textes en vigueur issues de l’assemblée générale de 2015, du temps où nous ne tenions pas les rennes de la mutuelle. Il n’y a donc pas eu d’augmentation depuis lors. Ce n’est que de la mauvaise foi de leur part »

LIRE AUSSI :   Litige foncier/Coffi-Studer donnée vainqueure par la cour suprême: Adama Bictogo doit "libérer le tabouret"

 Nous reviendront sur le bilan à mi- parcourt de la direction  actuelle de la MUGEFCI dans les prochains jours.