Enseignement supérieur/ les enseignants et chercheurs de côte d’ivoire ne sont pas payés jusqu’à ce jour

DÉCLARATION DU BUREAU EXÉCUTIF NATIONAL DE LA CNEC

Ce jour, vendredi 1er mars 2024, les Enseignants-Chercheurs et les Chercheurs de Côte d’Ivoire n’ont pas encore perçu leur salaire du mois de février. Pis, les états de ces dits-salaires sont encore dans les Universités et les Grandes Écoles Publiques, les Centres et les Instituts de Recherche. Renseignements pris, le CUT (Compte Unique du Trésor) aurait des difficultés et qu’il n’y aurait pas de liquidité.
Le paradoxe dans cette affaire, c’est que les problèmes techniques et les soucis de trésorerie surviennent chaque fois quand il s’agit de payer les cadres formateurs de ce pays, là où tous les autres fonctionnaires sont payés dépuis des lustres. Et cela n’émeut personne. Mais, lorsqu’il s’agit de sanctionner les enseignants du Supérieur et les Chercheurs, c’est avec célérité que les autorités brandissent le Statut Général de la Fonction Publique pour établir le lien d’égalité avec tous les autres fonctionnaires du pays.
Au moment de payer les salaires, le Statut Général est vite oublié et s’installe toujours cette forme d’injustice.
La CNEC dénonce avec la dernière énergie cette injustice criarde vis-à-vis des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs de Côte d’Ivoire qui méritent un traitement plus diligent et plus élégant.
La CNEC appelle vivement les autorités de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à traiter une fois pour toute, cette question de retard des salaires du corps des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs de ce pays.
Pour ce mois de février, la CNEC demande aux autorités de payer les salaires de la corporation jusqu’au 05 mars, délai de rigueur.
Passée cette date, la CNEC se réserve le droit de mener toutes les actions légales pour faire aboutir sa demande.
Camarades Enseignants-Chercheurs et Chercheurs, soyons vigilants et restez à l’écoute de votre syndicat, la CNEC.

LIRE AUSSI :   Libye : déjà plus de 1 000 morts dans la bataille de Tripoli

#LA_CNEC_DEMANDE_LE_STATUT_PARTICULIER_POUR_LES_ENSEIGNANTS_CHERCHEURS_ET_LES_CHERCHEURS_DE_CÔTE_D’IVOIRE#

Pour le Bureau Exécutif National

Le Secrétaire Général National et Porte-Parole Principal
Prof. KAZON DIESCIEU AUBIN