Economie/ La DGI affiche un excédent de 22,1 milliards de Fcfa

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

La Direction générale des Impôts (DGI) a récemment tenu son séminaire bilan du 1er et du 2ème trimestre 2023, mettant en lumière des résultats encourageants pour la première moitié de l’année. Au cours de cette rencontre avec ses collaborateurs, Ouattara Sié Abou, Directeur général des Impôts, a annoncé que l’administration qu’il dirige a réussi à recouvrer 1933,6 milliards de F CFA, dépassant ainsi son objectif initial de 1911,5 milliards de F CFA, avec un écart positif de 22,1 milliards de F CFA.

Malgré les défis significatifs auxquels l’institution fait face cette année, en raison notamment du programme financier signé avec le Fonds Monétaire International en février, la DGI demeure résolument déterminée à améliorer ses performances en mobilisant les ressources intérieures du pays. Le Directeur général a souligné l’importance croissante de la fiscalité en tant que critère essentiel pour évaluer la performance du pays, dépassant ainsi son rôle traditionnel d’indicateur.

 Il a également souligné la responsabilité de la DGI dans cette mobilisation des ressources pour permettre à la Côte d’Ivoire de se libérer de sa dépendance financière.

Les résultats du premier semestre 2023 affichent une progression de 14,7% par rapport à la même période en 2022, équivalant à une hausse de 247,4 milliards de F CFA. Les agents des services des Impôts ont été félicités pour leur contribution à ces performances prometteuses.

En ce qui concerne les projections pour le troisième trimestre et le second semestre de 2023, la DGI vise respectivement 970,7 milliards de F CFA et 1752,9 milliards de F CFA. Ces objectifs représentent des hausses respectives de 178,4 milliards de F CFA et 231,1 milliards de F CFA par rapport aux recouvrements de la même période en 2022.

LIRE AUSSI :   CPI/L’Institution célèbre ses vingt ans d’existence

Selon Ouattara Sié Abou, ces objectifs sont considérés comme réalisables, mais ils nécessiteront des efforts supplémentaires de la part des agents de la DGI.

Un autre sujet abordé lors du séminaire a été le secteur informel, qui représente selon le Directeur Général un tiers de l’économie ivoirienne. Cependant, certains opérateurs économiques ne se déclarent pas aux impôts et ne délivrent pas de factures lors des transactions. « Cette situation prive le pays d’une part significative de revenus fiscaux », a-t-il fait savoir.

Pour y remédier, la DGI considère la fiscalisation du secteur informel, y compris les conteneurs et les biens immobiliers non déclarés, comme une priorité afin d’accroître le taux de pression fiscale et d’optimiser la mobilisation des ressources.

Le directeur de cabinet, Adama Sall représentant le ministre du Budget et du Portefeuille de l’État, a exprimé ses félicitations aux agents pour ces résultats encourageants et les a encouragés à sensibiliser leurs collègues sur les enjeux de ce défi gouvernemental.