Election à la FIF/ Le journaliste Boga Sivori cloue Drogba Didier au pilori.

Par Christ Zorro/ Afriquematin.net.

Après la difficile épreuve de parrainage  de sa candidature qui n’a pu être surmontée  pour  une participation à  l’élection pour la  présidence de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), Didier Drogba se retrouve à  nouveau sous la rampe des critiques. Cette fois-ci, c’est le journaliste Boga Sivori qui  énumère ses griefs à l’encontre  de l’ex star de Chelsea.

« Je pense très sincèrement que Didier Drogba ne peut pas faire un bon président de la FIF. Les raisons sont aussi simples que diversifiées.

 1- Drogba ne connait pas le foot Ivoirien.

 Il n’a pas évolué dans le football Ivoirien. Parti dès son très jeune âge en France, Drogba n’a évolué que dans le foot européen. C’est de là bas qu’il a été copté pour jouer en équipe nationale. Et il ne venait en Côte d’Ivoire qu’à l’occasion des matches de l’équipe nationale. Après lesquels il retournait immédiatement dans son club. Il n’a jamais eu de Contact avec le championnat Ivoirien. Il ne connait donc pas l’environnement du football ivoirien.

 2- Drogba n’est pas intéressé par le foot Ivoirien.

 Depuis qu’il est parti de l’équipe nationale, il n’a jamais assisté à un match de la Côte d’Ivoire. Il n’a même pas daigné assister à la finale de la Côte d’Ivoire son pays contre le Ghana en coupe d’Afrique des Nations en 2015. Ce ne sont pas pourtant les moyens qui lui manquaient. Il n’était pas non plus malade et donc hospitalisé. Est-ce que vous pouvez imaginer Samuel Eto’o Fils absent à une finale du Cameroun quelque soit la compétition. Non! C’est cela aimer son pays. C’est cela être patriote. Drogba lui était absent. J’en conclu pour dire qu’il n’est pas intéressé par le Foot ivoirien. Il n’est donc pas patriote. Car c’est aussi ça le patriotisme. Je pense qu’il cherche quelque chose au plan international et il veut se servir de notre football pour l’obtenir.

Quand on dit ça, ils s’en trouvent qui disent que Drogba ne s’intéresse pas à l’équipe nationale parce qu’il aurait été frustré et chassé de cette équipe. La vérité se trouve ailleurs.

Selon des informations recueillies auprès de gens responsables qui ont été de l’expédition du Brésil et qui sont aujourd’hui loin des organes dirigeants de notre sport roi, Drogba n’a jamais été frustré. Ces sources indiquent avec précision que si Drogba n’est pas le principal responsable de la débâcle des éléphants footballeurs à la coupe du monde au Brésil, il y a pris une très grande part de responsabilité. En effet, alors que l’équipe se trouvait en préparation, et malgré le refus de son entraîneur et du président de l’équipe nationale, Didier Drogba, sans prévenir ses amis dont il était le capitaine, s’est dérobé pour aller à Marseille pour une publicité avec la filière café-cacao. Quand l’entraîneur Henri Michel s’est rendu compte que malgré son opposition Drogba est allé à Marseille pour une question d’intérêt personnel, il a déposé sa lettre de démission auprès des dirigeants de la FIF. Il a dù revenir sur sa décision sur le pardon des dirigeants. Par respect pour notre pays, il a accepté de ne pas abandonner l’équipe en chemin. Quant aux joueurs, quand ils se sont eux aussi rendus compte de la forfaiture de leur capitaine, ils ne voulaient pas qu’il revienne en équipe nationale. Car ils ne comprenaient pas que leur capitaine les abandonne à cause de l’argent là où eux avaient tout abandonné pour se consacrer à l’équipe nationale. C’est pourquoi comme vous l’aviez remarqué, les autres joueurs ne donnaient le ballon à Drogba que quand ils n’avaient pas le choix. Résultat, alors que nous avions l’une des meilleures équipes de la coupe du monde, nous avions été éliminé prématurément.

Et comme si cela ne suffisait pas, quelques moments après la coupe du monde, le même Drogba, sans prévenir personne, ni les dirigeants de la FIF, ni ses coéquipiers, est allé annoncer son retrait de l’équipe nationale sur RFI la radio française. Quand les responsables de la FIF l’ont appris, ils ont simplement produit un communiqué pour le remercier pour services rendus à la Nation et lui souhaiter bon vent. Drogba est parti donc de lui-même de l’équipe nationale sans pression aucune. Où est donc la frustration. Et même s’il avait été frustré quelque part, pour quelqu’un qui ambitionne de diriger la FIF, il aurait pu se mettre au dessus de cela. C’est cela la marque des grands hommes.

 3- Drogba n’a rien fait pour le foot Ivoirien

 D’aucuns pour justifier leur soutien à Drogba, ce qui est leur droit, disent qu’il dispose suffisamment de moyens financiers et des relations pour aider le Foot ivoirien. Et qu’en plus n’étant pas dans le besoin il ne se servira pas de l’argent de la FIF. Soit! Mais si tel était le cas, Drogba a-t-il vraiment besoin d’être d’abord Président de la FIF pour aider le Foot ivoirien ? Eto’o Fils n’a jamais été président de la fédération camerounaise de football. Et pourtant, il fait beaucoup pour le foot de son pays. En dehors des centres de formation qu’il finance en permanence dans son pays pour permettre aux jeunes camerounais de se former pour suivre ses traces, il est arrivé des moments où il a financé les regroupements de l’équipe nationale camerounaise, e at payé les primes des joueurs. Indépendamment du Foot, il fait beaucoup d’actions sociales. Il vient récemment, dans le cadre de la lutte contre coronavirus de construire le plus grand pavillon de l’hôpital de Douala.

Qu’a fait Drogba pour les jeunes ivoiriens qui sont tous devenus des supporters de Chelsea à cause de lui? Rien! Du moins à ma connaissance.

Par ailleurs, qui vous dit que c’est avec ses propres moyens qu’on gère une institution nationale. Moi je n’ai jamais vu quelqu’un qui prend son propre argent pour gérer une institution nationale. Je ris quand on dit que Drogba n’a plus besoin d’argent. Je pense pour ma part que ce sont ceux qui ont plus d’argent qui en ont le plus besoin. Plus on a l’argent, plus on en a besoin. Et ce sont généralement les plus endettés. Si Drogba peut clandestinement quitter le regroupement de l’équipe nationale pour de l’argent, ce n’est pas l’image de la FIF qu’il ne peut pas utiliser à des fins personnelles.

 4-Drogba n’est pas patriote

 Il y en a qui glissent maladroitement sur le terrain politique pour un fait purement sportif pour dire que quand on est GOR on doit soutenir Drogba. Bien dommage !

Mais même si cela devrait être le critère de choix, moi GOR dans tout mon être, pense plutôt le contraire. Durant toute la crise qui a causé des milliers de morts à notre pays, Drogba qui jouit pourtant d’une grande notoriété dans le monde, n’a pas levé un seul instant le petit doigt pour condamner la rébellion. Bien au contraire il avait toujours donné l’impression de soutenir la rébellion. Aujourd’hui, ça se confirme. A chaque fois qu’il vient en Côte d’Ivoire, il est avec le couple présidentiel Ouattara. Quand le président français Macron est venu dernièrement en Côte d’Ivoire, Drogba était en bonne place. Heureux qu’il est que la Côte d’Ivoire soit dans cette situation difficile par la faute de la France.

Par ailleurs, cela fait aujourd’hui 9 ans que le président Gbagbo et le ministre Blé Goudé sont à la CPI à la Haye au pays Bas. Je n’ai pas souvenance que Drogba leur ai rendu visite un jour. Et pourtant le président Gbagbo, quand il était au pouvoir, a honoré les parents de Drogba à cause de lui. En plus, ce sont ses frères. Il aurait donc pu leur rendre visite même par simple fraternité. Même quand on sait que son frère a tort et qu’il est en prison, au nom de la fraternité, on lui rend visite. Encore que dans le cas d’espèce, le président Gbagbo et le ministre Blé Goudé ont été acquittés, donc reconnus innocents. De quoi a donc peur Drogba?

Je n’ai donc aucune raison, ni sportive, ni politique pour soutenir Drogba. Et je pense que les clubs de foot qui se soucient de l’avenir du foot Ivoirien devraient ne pas voter pour Drogba. Son seul nom avec lequel il veut influencer les ivoiriens ne peut pas suffir à développer notre football.

C’est mon avis. Je souhaite que ceux qui veulent me porter une contradiction mettent de côté les invectives pour répondre aux vraies questions que je soulève ».

Boga Sivori

Journaliste

Chef de village

Chef de tribu

Ancien sportif très attentionné du Foot ivoirien

 

Facebook