Politique-Environnement / Un parti écologiste tire sur la sonnette d’alarme et fait des propositions

Par Brou François – Afriquematin.net

(Mercredi 06 mars 2019) – Koné Rose est la Présidente du Rassemblement des Verts Ivoiriens (RAVI). Le vendredi 1er mars 2019, elle était au nombre des leaders de l’opposition ivoirienne qui se sont réunis au siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) à Abidjan- cocody, pour examiner et adopter le document portant réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

Dans un entretien qu’elle a accordé à afriquematin.net, la présidente du parti fait des propositions relatives à l’actualité sociopolitique et interpelle les gouvernants sur leur politique environnementale. Membre de la plateforme de l’opposition des 40 partis politiques qui ont décidé d’unir leurs voix dans le cadre de la réforme de la Commission Electorale Ivoirienne (CEI),  le Rassemblement des Verts Ivoiriens (RAVI) de  Rose Koné a salué le travail de ceux qui ont élaboré les textes qui constituent les propositions de la plateforme. « Nous avons finalisé le projet de loi mais des amendements seront portés », note-t-elle.

Une femme, présidente de la CEI ?

Les Écologistes de Côte d’Ivoire, selon elle, ne sauraient rester en marge d’une question importante de la vie de la nation. « Il était important  que  nous associons l’image de notre parti à cette rencontre qui est déterminante pour le pays et partant, les Ivoiriens.  Car nous voulons une réforme profonde  de cette Cei, afin que de jeunes partis politiques comme le nôtre puisse  participer à la vie politique de la Côte d’Ivoire et présenter nos différentes idéologies  au peuple de Côte d’ivoire », fait-elle savoir. Pour les Verts, la présence d’une femme à la tête de cette institution serait gage de paix et d’élections transparentes en Côte d’Ivoire. « Nous optons pour le choix d’une femme à la tête de la Cei. Ainsi  les gens auront plus confiance, car il y a assez de tensions. Pour éviter donc ces tensions, nous optons pour la voie féminine pour occuper ce poste », propose-t-elle.

Par ailleurs, la grève des enseignants qui est d’actualité a également été au menu de l’échange. « Nous appelons tous les acteurs du système éducatif à œuvrer  pour la consolidation des esprits,  en usant  de diplomatie. Nous avons besoin que nos enfants reprennent  les cours, en en vue de sauver l’année qui se dessine comme blanche. Nous appelons également le gouvernement au dialogue », recommande-t-elle.

Encore des efforts en faveur de l’environnement

Abordant le volet écologique qui est le socle de son parti politique, Rose Koné félicite le gouvernement  qui, pour elle, «a fait un effort pour améliorer l’environnement de sa population, avec l’ouverture du centre de compostage des ordures ménagères, qui a désengorgé les populations d’Akouédo -confrontées à d’énormes difficultés de santé ». C’est pourquoi, le Ravi souhaite que cette opération d’ouverture de ces centres s’étendent à d’autres localités, « afin de traiter ces ordures et déchets en vue de  produire du biogaz qui pourra être utilisé à d’autres fins », préconise-t-elle.

Toutefois, à en croire la présidente Rose Koné,  tout ne semble pas aussi rose qu’elle le croit. « Je voudrais aussi tirer l’attention aux gouvernants sur les installations industrielles situées dans les environs de la forêt du Banco qui dégagent des dérivés nocifs. Et  si l’on ne prend garde,  ils peuvent porter atteinte à  la santé des riverains. La lagune Ebrié est agressée par des opérateurs industriels. A ce rythme, cette lagune va disparaitre. L’environnement ne concerne pas uniquement que des plantings, mais l’eau aussi fait partie de l’environnement, car il y a des espèces qui y vivent », condamne-t-elle.

Comparer

Facebook