Université de Cocody/Le Professeur Abou Karamoko a-t-il tout confondu ?

(Vendredi 29 mars 2019)-Le Conseil de discipline de l’Université Félix Houphouët-Boigny s’est réuni, pour sanctionner certains enseignants pour faits de violence sur des membres du Conseil de Gestion de l’institution académique dirigée par le Professeur Abou Karamoko.  

Selon le site ivoiresoir.net qui rapporte l’information des commentaires du Magistrat Ange Olivier Grah, cette correspondance du Président de l’Université d’Abidjan, le Professeur Abou Karamoko,  a surpris. Et en sa qualité de Président du conseil de discipline de l’université Félix Houphouët-Boigny, il ignore quelle est l’étendue des pouvoirs de cet organe.

Il résulte des dispositions de l’article 75 du Statut général de la fonction publique et de l’article 13 du Décret n°93-609 du 02 juillet 1993 portant modalités particulières d’application dudit statut que l’organe qu’il préside n’a qu’un pouvoir d’avis, la décision revenant au vu de la gravité des sanctions prononcées, au Ministre de la Fonction Publique qui prend un arrêté motivé après avoir été saisi de l’avis par le Ministre de l’enseignement supérieur.

Tant que cet arrêté n’a pas été pris, l’exécution d’un simple avis et non d’une décision est constitutive d’une voie de fait. Le Professeur ne peut donc exiger des doyens et des directeurs, l’application des propositions qui ont été émises et qui n’ont pas encore la forme juridique et la valeur d’une décision.

S’il est vrai qu’aujourd’hui en Côte d’Ivoire, il n’y a pas seulement des enfants qui sont en conflit avec la loi, j’ose cependant croire que le Président, de ce temple du savoir qu’est une université, n’insistera pas pour emprunter le chemin combien périlleux pour son honorabilité et la dignité de l’institution qu’il dirige, de cette illégalité si apparente.

Source : ivoiresoir.net avec afriquematin.net

Les commentaires sont fermés.