Retrait du RHDP : Soro Guillaume a-t-il été mal inspiré ?

Par Christ Zorro, Afriquematin.net.

Si les règles élémentaires de la démocratie concèdent à l’ex chef de l’hémicycle ivoirien, Guillaume Soro Kigbafori, le choix de suivre la ligne politique qui sied le plus à ses aspirations, le virage que celui-ci a pris, après son divorce d’avec ses anciens alliés du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), semble avoir vraisemblablement été mal négocié.

Il fut un temps où l’aura  du  leader  de l’ex  rébellion  armée des forces nouvelles était telle que personne n’aurait un jour imaginé qu’il serait la cible  de tirs groupés  venant de ceux là même qui l’on adulé au plus fort de son ascension politique . Le divorce d’avec le clan présidentiel, s’il n’est pas en train de sonner le glas des ambitions  de Guillaume Soro, le met de toute évidence en minorité.  La dernière sortie de la première magistrate de la commune d’Odienné, Nassénéba Touré, fait ressortir une équation que les  sympathisants de l’ancien président de l’assemblé Nationale devraient  absolument résoudre s’ils souhaitent un jour revoir leur mentor aux premières loges des institutions républicaines : « Il s’est affaiblit politiquement en sortant du RHDP ». Si ce n’est pas une vérité que sa conseillère en NTIC, du temps où il était premier ministre,  a assèné au vu  de ce  qu’il lui advient depuis qu’il est le président  d’honneur d’un certain   Comité Politique,  cette assertion a le mérite de mettre à nu une erreur monumentale qu’a faite le député de Ferkessédougou et dont va se servir, à ses dépends ,ses adversaires politiques et surtout les ennemis cachés  que cette rupture a eu  le mérite de révéler à la lumière . Poursuivant, Madame la maire de Tengrela  a indexé ceux qui sont, selon elle,  à la base de cette déconfiture de l’ex  leader des Forces Nouvelles : «  Je voudrais  dire ceci à tous ces agitateurs  sur les réseaux sociaux, notamment à Monsieur Franklin Nyamsi qui a offert un spectacle de terne qualité, par une vidéo en m’attaquant vertement : faire des réseaux sociaux un vase à répandre votre bile est contre productif. Ce n’est pas de cette manière que vous allez  sauver le frère Soro Guillaume que vous tenez en otage ». Auront-ils les moyens de peaufiner une stratégie gagnante qui soit à même de renforcer la crédibilité de Guillaume Soro à l’approche de la présidentielle de 2020 et qui tiendra face aux pics de ses adversaires politiques ?  Aucune certitude la dessus tant ils sont enclin au répondeur automatique à chaque fois que leur leader essuie les attaques de ses adversaires politiques.

Avec l’armada de conseillers qui grouillent à ses côtés, comment  l’ex premier ministre  a t-il  imaginé un seul instant qu’il pourrait être aussi facilement  en pôle position une fois sorti du giron qui l’a propulsé au faite de l’appareil d’Etat ? Le rassemblement des républicains (RDR), le Front Populaire Ivoirien (FPI) et le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ont une histoire et ont tous été portés sur les fonts baptismaux avec l’onction de populations qui constituaient à elles seules des  oppositions certaines face au pouvoir en place. Les réalités du terrain qui le confinent majoritairement dans  la zone nord de la Côte d’Ivoire ou il va se disputer  l’électorat avec ses anciens alliés,  n’est pas faite pour arranger les choses.  L’inconstance politique  du président du Comité Politique  est de toute évidence en train de lui jouer des tours. On ne fait pas de passe à l’adversaire dit le dicton. Et il ne serait pas étonnant que la boite de pandore soit ouverte à son détriment. Les rumeurs d’arrestations dont lui-même se fait l’écho à chacune de ses sorties semblent être  le déroulement de la cabale  dont il dit être  la victime. La réactivation du  dernier  dossier en date, celui de la justice burkinabé relatif à la supposée implication de Guillaume Soro à la tentative de coup d’Etat manqué de septembre 2015, et qui fait jaser son conseiller en communication, Franklin Nyamsi,  si celle-ci est avérée,  ne sera pas pour déplaire à ceux qui souhaitent sa chute.

De toute évidence, l’ancien président de l’assemblée nationale n’a certainement pas pesé longtemps  le pour et le contre  de son  retrait  du RHDP. Pourra t-il supporter longtemps toute cette tension qui ne fait que croitre au fur et à mesure que point à l’horizon l’année 2020 ?  L’avenir nous le dira certainement.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook