Santé/quel est l’impact de la COVID-19 sur le budget national ?

Orokhia bah, à l’état civil, Yacouba Sylla est un écrivain, poète, économiste, expert en Droit International Droit de l’Homme et par ailleurs président de l’ONG Lisaf, explique les effets de la pandémie à Coronavirus (Covid-19) sur le plan économique, social et culturel.

ads bas

Les deux segments étant étroitement liés de ma mémoire d’observateur des agrégats économiques peuvent être du fait de ma formation de finances et de comptabilité même l’observateur profane aura du mal à désapparenté le budget de l’économie.

Deux terminologies usitées tant en micro qu’en macro- économie. Certes, élaborés dans un contexte de la crise sanitaire à pandémie mondiale, en plein Covid-19 ; les budgets nationaux ces deux dernières années, en dépit des secteurs flagellés, solidement et pitoyablement affectés, entrainant un marasme et un ralenti voir des baisses considérables de chiffres d’affaires.

Cette situation économique est transversale car même les grandes économies occidentales  la constatent amèrement dans leurs balances commerciales bilatérales et multilatérales.

Cependant, il fait relever un fait non anodin, l’économie ivoirienne s’est montrée très résiliente contrairement à celle de certains pays voisins de la sous-région en tenant en équilibre son Pib (produit intérieur brut), avec le toupet d’instaurer des réformes par un budget programme dans les institutions financières, soutenu par 149 programmes, 35 dotations à l’effet d’atteindre ses objectifs d’une économie moderne et structurelle.

Le 30 Septembre dernier, à Yamoussoukro, le porte-parole du gouvernement, Monsieur Sidi Tiémoko Touré, a révélé que le budget a été établi à 8 621,1   milliards. Ce, budget, en principe devrait atteindre 9 916,3  milliard en 2023. « Ce budget est amélioré de  6, 9 % en comparaison de  celui 2019″  a-t-il ajouté.

L’impact réel de la Covid est empirique dans certains secteurs, le monde économe déploie ses gendarmes économiques contre un virus invisible,  intrépide donnant du tournis aux meilleurs analystes financiers qui semblent porter des œillères pour dresser les soldes de tout compte dans les bilans ou les comptes de résultat affichant négatif en n-1 , n et prient pour n+1.

La côte d’ivoire a des fondamentaux économiques solides,

Beaucoup a été fait, il reste beaucoup à faire.

Le bien-être économique est une quête permanente.

Pour les élections législatives qui pointent à l’horizon, nous prions que le bon sens et l’intérêt supérieur des populations priment sur les égos démesurés.

 

 

Les commentaires sont fermés.