Document sans nom
AfriqueMatin TV Ivoire Dimanche La relève Dimanche Soir Guerres Info

San-Pedro-Occupation illicite de la forêt classée du Rapide Grah/ Plusieurs producteurs de Cacao menacés

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net depuis San Pedro

 « Nous revendiquons plusieurs centaines de producteurs dont  les plantations de certains sont menacées de destruction. Pire la Sodefor menace également notre production et s’oppose à ce que du cacao sorte de notre zone qui est hors enclave pour être commercialisé », regrette Sankara Rasmane, producteur et vice-président d’une société coopérative de la zone Watté, dans la sous-préfecture de San Pedro. Il s’est confié à nous ce mardi 6 novembre au siège au siège de la société à San Pedro. La directrice de cette structure Mme  Assi D. révèle pour sa part que  contrairement à l’année dernière après un mois de campagne, c’est seulement 200 tonnes de cacao qui ont été commercialisé contre 450 à la même période. Et le trésorier général, Soro Ibrahim de renchérir que « la coopérative est  également confronté à un harcèlement de la part de la douane. Ce n’est pas dans tous les endroits que la connexion internet marche or il faut faire le connaissement en ligne avec le site du conseil du café  et du cacao(CCC). Nous pouvons passer des heures ou  des jours avant que les camions -remorques puissent  être régularisés pour aller à la livraison. Sans oublier que  des agents, sous prétexte que nous occupons illicitement la forêt classée vont nous racketter bord –champ ». Information que le directeur d’une autre société coopérative de la sous-préfecture de Dogbo, Kouamé Dénis confirme.  Selon un rapport du  centre de gestion de la Sodefor de San Pedro,  les deux tiers (2/3) du territoire du  département sont  sur des forêts classées. Et cela a toujours été à la base de conflits entre occupants et cette structure en charge du développement des forêts en Côte d’Ivoire. Plusieurs plantations avaient été reboisées  dans la zone du Rapides Grah et des exploitants avaient incendié les bois pour manifester leur mécontentement.

Facebook