Rhdp/ Des cadres doivent déployer de meilleurs arguments pour convaincre

(Mercredi 03 avril 2019)-Le militant très engagé et actif Kouakou Koffi Amedé a du mal à remplir sa part de mission que lui a assignée le Rhdp dans sa démarche de débauchage des militants du Pdci-Rda. Depuis la création de cette « unité » politique, d’anciens cadres du Pdci-Rda se sentent obligés de donner dans le mensonge pour convaincre l’électorat de leur parti.

Selon l’analyse d’afrique sur 7, l’échec de sa rencontre de cet équilibriste avec les chefs baoulés de Yamoussoukro, il y’a quelques semaines, ne l’a pas beaucoup inspiré dans la suite de sa mission. Foncièrement tribaliste, l’envoyé de Ouattara a traité le Pdci-Rda  de parti des Baoulés. Dans ses envolées lyriques, et ne maitrisant aucune analyse politique, il a lancé sans réflexion aucune,  « le Pdci-Rda est resté aujourd’hui entre les mains des seuls Baoulé. Au Nord, il n’y a plus de militants issus de ce parti », s’est-il fait humilié. u PDCI ». Il s’est fait recadrer sur ce coup par un notable dans l’assemblé qui lui a reproché de s’exprimer en langue baoulé. Le ministre et chantre du RHDP unifié a continué de verser dans la calomnie et le mensonge.

Le site souligne également que pour justifier l’absence des cadres Baoulés qui ont l’habitude de s’entretenir avec les chefs, Amédé Kouakou a vite botté en touche en accusant le président Henri Konan Bédié. « On nous demande de nous associer au Fpi qui a commis des crimes. Ceci n’est pas possible », a-t-il justifié. Cette allusion faite à une alliance « contre nature » fait référence à la force d’opposition que le Président Bédié essaie de mettre en place et pour laquelle il s’est associé à Pascal Affi N’Guessan, président du FPI, selon la justice ivoirienne, qui est en minorité dans l’aile principale du parti dirigé par Laurent Gbagbo.

Mauvaise foi ou compromission historique ?

Dans l’évocation de cette « alliance contre nature » avec le Fpi, le ministre Amédé Kouakou fait clairement abstraction de la participation de Guillaume Soro, en tant que frondeur du président Ouattara. Si le FPI a commis des crimes, qu’ont faits le RDR et le MPCI qui ont conjointement dirigé la guerre et la rébellion en Côte d’Ivoire. L’honnêteté aurait recommandé que le ministre Kouakou Koffi Amedé fasse référence au refus du président Alassane Ouattara de céder le pouvoir au Pdci-Rda en 2020, conformément à l’alliance politique fondatrice du Rhdp version 2005 à Paris. C’est à cause du refus d’alternance au sein du RHDP, dans la gestion de l’État, que le Pdci-Rda a claqué la porte de l’alliance et perdu par voie de conséquences, tous les privilèges s’y attachant.

Kouakou Koffi Amedé aurait dû dire aux chefs traditionnels Baoulés « que lui et de nombreux cadres du parti septuagénaire ont fait le choix de leurs avantages et privilèges, ce qui explique leur présence au Rhdp unifié ». Comme quoi l’on est en mesure de croire que l’ex président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Guillaume n’a pas tort de dire « arrêtez de mentir au monsieur là », car,  tous autour de lui entretiennent la mauvaise foi pour séduire. C’est à cet exercice presque que Kouakou Koffi Amedé et ses compagnons s’adonnent depuis quelques temps dans certaines villes qu’ils visitent. L’échec enregistré récemment par ce dernier, face à la communauté Baoulé à Dimbokro en est une illustration.

Avec Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Le titre est de la rédaction

Les commentaires sont fermés.