Prêtre égorgé : le second tueur formellement identifié

Comme nous vous l’indiquions dès mercredi, le second tueur de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray est un jeune de 19 ans, fiché “S” depuis fin juin.

Les prélèvements ADN ont parlé : selon une source proche de l’enquête, le second homme qui a commis l’attentat à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray est bien Abdel Malik Petitjean, 19 ans, récemment fiché “S” après avoir tenté de rejoindre la Syrie en passant par la Turquie. Originaire d’Aix-les-Bains (Savoie), il n’avait pas fait l’objet de condamnations auparavant.

Ce jeudi matin, trois de ses proches ont été placés en garde à vue.

S’il a fallu attendre le résultat des analyses ADN, la police était déjà sur sa piste alors que sa carte d’identité a été découverte mardi au domicile familial d’Adel Kermiche, le premier tueur formellement identifié.

Sa photo avait été diffusée aux services de police

L’attentat aurait-il pu être évité ? Toujours selon nos informations, les services de renseignement français ont reçu le vendredi 22 juillet, soit 4 jours avant l’attaque, un message d’un service étranger selon lequel un homme “serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national”.

D’après ces experts, “il serait déjà en France et pourrait agir seul ou avec d’autres individus”. La note précise que “la date, la cible et le modus operandi de ces actions sont pour l’heure inconnus”. Problème, les enquêteurs n’ont pas le nom de l’homme mais simplement une photo. S’engage alors une course contre la montre pour le retrouver. Pour tenter de mettre la main dessus, l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) transmet la photo à différents services de police de France.

Des perquisitions ce week-end

Plusieurs personnes suspectées d’être en lien avec les milieux terroristes sont surveillées de près. Différentes perquisitions ont même eu lieu durant le week-end mais n’ont rien donné. Abdel Malik Petitjean qui est passé à l’acte le mardi 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray est finalement celui dont la photo avait été communiqué quatre jours plus tôt.

Sa mère croit son fils innocent. Elle a reconnu la photo sur la note de l’UCLAT.  Des perquisitions ont eu lieu à son domicile. Aux journalistes, elle a déclaré : « C’est un bon Français. Il est doux. Je connais mon gamin. Je connais mon fil. Il n’est pas impliqué du tout”, a-t-elle affirmé. “Il n’est pas du tout le monstre qu’on essaye de nous faire croire”, a-t-elle ajouté, précisant avoir passé le weekend avec lui avant qu’il ne parte rejoindre un cousin en Lorraine. Elle a indiqué ne pas avoir eu de nouvelles de son fils depuis mardi matin, via un texto.

Qui est Adel Kemiche ?

Le premier tueur, Adel Kermiche, avait rapidement été identifié par les enquêteurs.

Âgé de 19 ans et né à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), il avait été mis en examen, placé sous contrôle judiciaire, puis en détention provisoire, pour avoir tenté par deux fois en quelques mois en 2015 de gagner la Syrie. Le 18 mars, une juge antiterroriste avait décidé de le remettre en liberté et de l’assigner à résidence sous surveillance électronique. Le parquet avait fait appel, en vain.

Adrien Cadorel et François Vignolle

Source: yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.