Présidentielles 2020/Sita Coulibaly, Présidente de l’UFPDCI Urbaine : « Levons-nous pour arracher le pouvoir en 2020 »

Par Aka JM – Afrique Matin.Net 

Mme Sita Coulibaly, présidente de l’Union des Femmes du PDCI-RDA (UFPDCI) section Urbaine a appelé le mercredi 29 octobre à Cocody, les militantes de son parti à se mobiliser afin de lutter efficacement et arracher le pouvoir en 2020 aux mains des actuels dirigeants du pays.

« Levons-nous pour arracher le pouvoir en 2020 », a-t-elle martelé à la maison du parti aux nombreuses militantes venues l’écouter lors des ‘’Mercredi du PDCI’’.

Pour Mme Coulibaly si dans le passé les femmes à travers la marche sur Grand-Bassam ont pris une part active dans la lutte pour l’indépendance de ce pays, aujourd’hui elles doivent contribuer à la libération de ce pays du népotisme et du clientélisme. Elle a motivé ses consœurs à prendre leur bâton de pèlerin afin de sensibiliser dans les villages et hameaux les militantes pour la cause pu PDCI.

Aussi, pour des élections libres et transparentes, préconise-t-elle que la CEI soit reformée conformément aux recommandations de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et des partis d’Oppositions. La gratuité de la  Carte Nationale d’Identité (CNI) ainsi que la sécurité des populations ont été des questions sur lesquelles Mme Sita Coulibaly a interpellé le gouvernement.

Mais en attendant que le PDCI ne soit au pouvoir, Mme Sita Coulibaly a appelé les dirigeants du PDCI a posé des actions sociales et a réalisé des projets à but lucratifs en faveur des militants et militantes.

« Le PDCI-RDA doit pouvoir prendre à son compte toutes les questions brûlantes d’actualité vers d’autres secteurs porteurs et innovants tels que : la création d’un  Festival PDCI, l’autonomisation des Femmes du parti, création de plantations agricoles, création d’hôpital, avoir sa logistique, etc », a-t-elle indiqué.

Mme Sita Coulibaly n’a pas manqué d’appeler les responsables de son parti ainsi que les actuels gouvernants à impliquer les femmes dans les sphères de décision. Car selon elle, la gente féminine constitue 51% de l’électorat en Côte d’Ivoire, alors qu’elle est quasi-absente dans les sphères de décision. Une situation que la conférencière appelle de tous ses vœux les gouvernants à y remédier.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook