Politique : Un garde de corps de Sangaré fait des révélations sur Mme Gbagbo.

Par Fatime Souamée-Afriquematin.net

Collaboration : Serikpa Djeckou De Sylva

Dans un communiqué signé du Dr Assoa Adou, Laurent Gbagbo a décidé de mettre fin à l’intérim jusque-là assuré par son fidèle compagnon, feu Abou Drahamane Sangaré. Il a par ailleurs « pris » les choses du parti en main, tout en confiant la gestion des affaires courantes au Secrétaire général du Fpi, Assoa Adou. Une décision qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive pour les militants et sympathisants de « la rose ». L’on a même parlé de conflit entre Gbagbo et Simone pour la gestion du parti.

Plutôt que de s’en offusquer, Simone Gbagbo a appelé les militants du Fpi à faire bloc autour de leur chef Laurent Gbagbo : « Je voudrais inviter tous les militants FPI à faire bloc derrière le Président Laurent Gbagbo. Notre chef à nous tous nous appelle au rassemblement et à l’unité. Soyons mobilisés et attendons son retour parmi nous. », Pouvait-on lire sur sa page face book. Pour notre informateur, garde de corps d’Abou Drahamane Sangaré, beaucoup de personnes regardent encore Mme Gbagbo avec les « Yeux d’hier ». « Oui femme battante, politique, elle l’a été. Mais pour nous qui passons des jours autour d’elle, il faudrait la regarder désormais autrement », se contente -t-il de nous dire. Après un long silence, il poursuit : « Mme Gbagbo en longueur de journée ne parle que de réconciliation des enfants de la Côte d’Ivoire quelque soit leur bord politique. Pour elle, il faut aller à la paix, une véritable paix. Mais nous qui sommes au cœur de toutes les rencontres avec populations, nous savons que beaucoup ne sont pas prêts. Il y a donc un véritable chemin qu’elle doit parcourir pour que la réconciliation soit un moyen véritable de la politique en Côte d’Ivoire ». Et il s’interroge : « Est qu’avec une telle vision on peut gérer un parti politique comme le Fpi » ?

Mais notre informateur va plus loin : « Maman Simone nous a révélé qu’en prison, elle se plaignait de ses conditions d’humiliation avec son époux et des ivoiriens qui toujours ont adressé des prières à Dieu. Pourquoi Dieu n’avait-t-il pas agit pour combattre les rebelles » ?  Mais elle eut sa réponse : « C’était comme si j’échangeais avec Dieu. Et dans ces échanges, je compris que nous tous, rebelles comme non rebelles, nous sommes tous les enfants de Dieu. Donc d’un même père et nos frères égarés nous ont attaqués. Nous qui ne sommes pas égarés, devons prier notre père céleste de pardonner nos frères et de les ramener à lui, plutôt que de demander à Dieu de les détruire. Voici désormais la vision de Maman Gbagbo », a révélé notre informateur. Il n’a pas occulté le cas Affi N’Guessan. « La réconciliation se fait d’abord de façon discrète avant d’appeler les uns et les autres dans une assemblée », a-t-il indiqué.

Comme on le voit, selon cette source bien introduite, malgré sa qualité de deuxième vice-présidente du FPI, Simone Gbagbo ne pouvait pas chercher à faire un bras de fer avec Laurent Gbagbo. « Ce sont les internautes, les utilisateurs des réseaux sociaux, qui gesticulent sans savoir les relations intimes entre Simone et Laurent. Certains vont même plus loin en parlant de Nady Bamba. Changeons désormais notre regard vis-à-vis de ce couple et la Côte d’Ivoire y gagnerait », a conclut notre source.

Les commentaires sont fermés.