Pluies diluviennes, dégâts matériels et pertes en vies humaines/ Rose Koné, Présidente de RAVI, crie son ras-le-bol

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Ce matin du jeudi 25 juin 2020, les populations du district d’Abidjan  ont été  une fois de plus confrontées à ce qui s’avère être leur pire cauchemar, à savoir les pluies diluviennes et  leurs corollaires d’inondations suivies de dégâts matériels et humains. Face à cette énième tragédie, Rose Koné, présidente du Rassemblement des Verts Ivoiriens (RAVI), n’est pas restée insensible aux souffrances des populations et a tenu à attirer l’attention de l’opinion sur ce fléau.

De l’autoroute du Nord à la baie du Banco en passant par les quartiers Palmeraie, Bonoumin et autres Faya, le spectacle était désolant.  Les inondations ont occasionné de nombreux dégâts matériels, notamment des voitures emportées par l’eau de ruissellement, des effondrements d’habitations, des pertes en vies humaines.

Rose Koné a fait remarquer que la ville d’Abidjan est sujette aux inondations récurrentes et aux problèmes d’assainissement liés à la mauvaise gestion des eaux pluviales.

L’Ivoirienne Rose  Koné, à la tête du Rassemblement des Verts Ivoirien (RAVI) affilié aux verts mondiaux et membre de la Fédération des Verts Africains a déploré ces catastrophes naturelles. « Nous voulons préserver le patrimoine ivoirien pour le bien-être de la population mais malheureusement ce que les Ivoiriens vivent comme catastrophes naturelles dues aux inondations est déplorable », a-t-elle indiqué.

N’étant pas allée du dos de la cuillère, cette experte en environnement et en énergie renouvelable  a mis en cause  certaines négligences dans l’exécution des travaux, «  il y a d’abord la surpopulation de la ville d’Abidjan, la non  viabilisation dans les normes des quartiers,  le drainage de la lagune », a-t-elle noté.

Les dégâts humains et matériels ont été observés par les différentes populations dus à la forte pluie qui s’est abattue sur la ville d’Abidjan ce matin.

A cet effet, elle  tire sur la sonnette d’alarme en  exhortant le  gouvernement à plus de vigilance face « aux opérateurs économiques véreux »  qui ont en charge la réalisation des travaux de drainage. Selon elle, « la ville d’Abidjan est sujette aux inondations récurrentes et aux problèmes d’assainissement liés à la mauvaise gestion des eaux pluviales », fait-elle remarquer. Elle a aussi  déploré « la situation que nous vivons qui est la conséquence du changement climatique ».

Elle a terminé son propos en s’inclinant «  devant la dépouille des  victimes » tout en apportant son « soutien aux familles sinistrées », a-t-elle regretté.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook