Nomination/Thomas Camara, une bonne graine au sein du nouveau gouvernement

Nommé à la tête de la Sir en 2012, où il a passé toute sa carrière professionnelle,
en qualité de directeur général de cette grande entreprise, Thomas Camara Pogabaha vient d’être promu pour diriger au plus haut niveau cette entité du poumon de l’économie de la Côte d’Ivoire ministre de l’Energie dans le nouveau gouvernement 1 Patrick Achi. Cet ancien du lycée scientifique de Yamoussoukro d’où il est sorti avec le Baccalauréat C,  il est aussi titulaire d’un Diplôme d’Études approfondies en Énergétique obtenu en 1992 à l’École nationale supérieure des arts et métiers (Ensam) de Paris.

Ingénieur généraliste diplômé de l’École nationale supérieure d’Ingénieur d’Abidjan de l’Inset Yamoussoukro, Thomas Camara, fait son entrée dans la plus grande société industrielle de Côte d’Ivoire en 1986 en tant qu’ingénieur Procédés. En 1989, il est ingénieur Modélisation détaché chez Total, à Paris.

Revenu au pays après sa mission sur les bords de la Seine qui a pris fin en 1991, il dépose ses valises   à la Sir et occupe le poste d’ingénieur Études économiques, puis ingénieur ordonnancement jusqu’en 1993, date à laquelle il est nommé chef du service Programmes.
Deux ans après, il passe chef du département Études économiques, puis chef du département Production en 1999.

Le premier poste de directeur de Thomas Camara Pogabaha arrive en 2000. Il prend alors la direction commerciale et économique de la Sir qu’il gardera jusqu’en 2007, date à laquelle il est nommé Directeur général de la Société multinationale de bitumes (Smb).

Après cinq années à la tête de la Smb, il suit le cheminement traditionnel de ses prédécesseurs qui le conduit inévitablement à la tête de la Sir en 2012. Les choses ne seront pas aussi aisées pour le tout nouveau directeur général, car le contexte mondial du marché pétrolier n’est pas du tout favorable. Les cours traversent une chute à telle enseigne que les entreprises de raffinage sont confrontées à des difficultés de revenus. Malheureusement  la Sir n’y échappe pas et elle se retrouve confrontée très rapidement à des problèmes de trésorerie qui n’ont rien à voir avec la gestion. Le revenu n’arrive pas à couvrir les charges.

Pour sauver l’entreprise, Camara Thomas se retrouve face à la difficile décision de licenciement pour cause économique. Mais, il refuse cela. Il préfère opter plutôt pour la suppression des avantages sociaux. Il ne veut pas faire perdre à l’entreprise des expertises. Car, c’est connu dans le secteur du raffinage en Afrique, la Sir possède les meilleurs experts. Ils sont sollicités partout ailleurs sur le continent. Après de gros efforts de management et de gouvernance, la société sort la tête de l’eau pour remonter à la surface.

Homme policé, très respectueux, Camara Thomas est qualifié par ceux qui commercent avec lui, qu’il est d’une humilité stupéfiante, d’où sa hargne à vouloir apporter un plus à son prochain sans hésiter, c’est ce qui le caractérise à se battre depuis 2013,en sa qualité de maire de la commune de Katiola,  pour donner à la ville qui l’a vu naître un visage plus acceptable après les dégâts des années de rébellion. Le scrutin des  dernières élections législatives lui a donné raison en l’élisant comme député Rhdp de Katiola-Timbé-Fronan le 06 mars 2021

Source : fratmat.info avec afriquematin.net

Facebook