ads bas

Musique : Pourquoi le Zouglou ne réussit pas aux femmes ?

ads bas

Par Nadège Kondo – Afriquematin.net

« Les Copines », « Les Ladies », « Zouglounette », « Les Avocates » et j’en passe. Tous ces groupes zouglou féminin qui ont fait vibrer les mélomanes dès les années 90 ont disparu de la scène musicale. Aujourd’hui, il n’existe pratiquement plus de ‘’zouglou-woman’’ dans le milieu artistique.

 Ces femmes qui ont marqué de leurs empruntes la musique ivoirienne au début du mouvement artistique en conjuguant le Zouglou au féminin n’ont pu tenir tête aux hommes si bien que le milieu zouglou est largement et complètement dominé par ceux-ci. Pourquoi les femmes ne parviennent pas à s’imposer dans ce genre musical à l’ère où il est de plus en plus question de parité du genre dans tous les domaines de la vie ? Le zouglou serait-il trop lourd pour les épaules des femmes ?

Nous avons tendu notre micro aux ivoiriens pour en savoir davantage.

« Je dirai que ce sont les tâches ménagères ou la vie conjugale qui freinent l’expansion des ‘’zouglouwomen’’. Une fois au foyer, il devient pratiquement difficile de suivre le rythme des studios et de spectacles qui s’enchaînent », observe Dieudonné, informaticien. Si tel est le cas, comment se fait-il que les femmes excellent dans d’autres genres musicaux ? Nash a réussi à se faire une place dans le milieu Hip Hop en Côte d’Ivoire, bien que largement dominé par les hommes.  Quant à  Claire Bahi, elle est un exemple éloquent de la résilience de la gent féminine dans un milieu artistique, le coupé-décalé qu’on croirait à tort réserver aux hommes. Les cas de Chantal Taïba, Monique Séka, Antoinette Konan etc… qui ont atteint le sommet dans l’afro-zouk et la variété montrent à quel point les femmes ivoiriennes tiennent dans les autres genres musicaux à l’exception du zouglou.

« Le milieu de la musique n’échappe pas aux scandales de harcèlement sexuel. Il serait certainement le problème qui a fait fuir les femmes artistes du milieu zouglou», analyse Rita, une mélomane coiffeuse de son Etat. Qu’à cela ne tienne, mais la question reste entière.

Si les femmes tiennent dans les autres genres musicaux, pourquoi pas dans le milieu du zouglou qui dénonce les tares de la société où elles auraient pu prolonger la lutte émancipatrice et  pour la parité homme-femme ?

Notons que le zouglou, genre musical populaire et urbain né dans les années 90 dans les cités universitaires a acquis une notoriété internationale, grâce au groupe Magic System à partir 1999. A l’instar de ce groupe, plusieurs artistes dont Soum Bill, Yodé et Siro, Espoir 2000, Molière, ont fait les beaux jours du zouglou. Aujourd’hui, une nouvelle génération est en train de montée en puissance parmi lesquels on peut citer « Révolution », « Magic Diezel », « les Leaders »… Les femmes, elles ont carrément déserté les lieux.

 

Les commentaires sont fermés.