Lida Kouassi Moise à propos d’Affi N’guessan : « Il m’a fait jeter en prison ».

 

Par Christ Zorro/ Afriquematin.net

Lors d’un meeting  à Dabou, localité située à 45 km de la ville d’Abidjan, Moise lida Kouassi, membre  de la branche du Front Poplaire Ivoirien (FPI) conduite par son sécrétaire général Assoa Adou,  a révéler au public sa part de « vérité » sur Pascal  Affi N’guessan, ancien premier ministre et chef de file de l’autre tendance de ce parti. Ci-dessous, l’intervention de l’ex ministre de la défense de Côte d’Ivoire ce dimanche 23 février 2020.

« Il y a des gens qui disent aujourd’hui que c’est Duncan qu’il faut aller voir pour libérer Gbagbo. Et je parle, les orpailleurs clandestins d’Affi N’Guessan veulent me répondre. Je n’ai pas affaire à eux. J’ai affaire à Affi lui-même. Il ne faut pas comprendre que Lida est animé de haine contre Affi.
Il m’a fait jeter en prison. Il a raconté à toute la Côte d’Ivoire que LIDA en réalité c’est JUDA Kouassi. C’est lui qui a trahi Gbagbo qui a tué Boga, il a volé 50 milliards. Il est de mèche avec la rébellion.

Il m’a traduit en jugement dans une convention extraordinaire. GOSSIO était le président de la commission d’enquête. Il a lu son rapport devant tous les camarades et il a conclu qu’il n’avait aucune preuve sur les quatre chefs d’accusations retenu contre LIDA.

Son tour arrive aujourd’hui, LIDA qui était traitre reste toujours sur la ligne de défense de Gbagbo après 7 ans de prison. Demandez à Affi, il est dans quel camp ? il était où la nuit du 18 au 19 septembre 2002. Il était premier ministre, celui qui devait assurer la suppléance du président qui était en Italie. Il était où ? Et qui l’a ramené à Abidjan. Si ce n’est moi Lida Kouassi.

Quand je parle ce n’est pas une quelconque haine contre Affi. Je veux qu’il revienne au FPI. Mais on ne peut pas guérir une plaie en laissant le pu dans cette plaie. Il faut soigner radicalement la plaie en lui disant la vérité. C’est pourquoi je lui dis la vérité.
Je lui rappelle comment il a été nommé premier ministre et où. Dire qu’Affi a été nommé dans une salle de toilette ce n’est pas une honte. Nous étions dans un climat de guerre. Boka Yapi actionné par Guéi Robert tirait sur nos militants …
Si on a été obligé de traiter les affaires privées dans les toilettes, c’est à cause du climat de l’époque.

Ce n’est pas une abomination. Je n’ai aucune haine contre Affi N’Guessan dites à ses orpailleurs clandestins que je n’ai pas affaire à eux. Eux qui s’agitent pour répondre à Lida. Ils oublient que si Lida n’était pas là la nuit du 18 au 19 septembre 2002, notre régime n’aurait pas eu 8 années de sursit. Affi était caché à Yamoussoukro.
C’est moi qui ai tenu le fauteuil, qui ai défendu Abidjan, qui ai mis la rébellion en déroute à Abidjan.
Il faut qu’il ait l’honnêteté de le reconnaitre. Il m’a trainé dans la boue et m’a accusé devant les Ivoiriens pendant des années. Je n’ai rien dit.

Le temps qui est un autre nom de Dieu m’a blanchi. Je parle seulement pendant 40 minutes à Divo et ils sont en transe. Ils viennent d’où, ces orpailleurs clandestins, je m’en fou d’eux, je ne les connais pas. Ils ne sont pas à mon niveau.
Je joue dans un autre championnat. Alors qu’ils se calment.
Laurent Gbagbo va revenir. Nous souhaitons que Affi, s’il est sincère, s’il veut revenir dans le parti, qu’il accepte qu’on lui dise ce qu’il a fait et qui n’était pas bon. Ce n’est pas de la haine de dire la vérité
 ».

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook