ads bas

Campagne Café-Cacao San Pedro: Les producteurs plutôt traumatisés par les forces de l’ordre que sécurisés

ads bas

Par Haidmond Kaunan-Afriquematin.net ,envoyé spécial dans le Bas-Sassandra

Les producteurs plutôt traumatisés par les forces de l’ordre que sécurisés .

Loin de sécuriser les producteurs de cacao, la mamelle de l’économie nationale les forces de l’ordre, notamment la gendarmerie nationale traumatisent davantage  les producteurs de café cacao. C’est qu’il nous a été donné de constater lors  de notre passage plus d’une semaine dans le district du Bas-Sassandra.

Le constat est triste. Nous ne disons pas qu’on nous a rapporté mais nous avons vu de  nos deux yeux.Nous avons constaté  qu’il  n’est pas facile d’être planteur de cacao dans la zone de San Pedro et surtout dans cette période de campagne.

Armée jusqu’aux dents,au lieu de patrouiller sur les pistes pour mettre des agresseurs hors d’état de nuire ce sont les plutôt les infatigables paysans qu’ils stressent, armes au poing. Ils les  intimident de leur  verser des rançons injustifiées. Pour un « oui » ou un « non » le gendarme crée un délit pour faire payer cher les planteurs motocyclistes ,même sur des pistes des champs. Paye- t-on l’impôt sur la route. Trop c’est trop! Le cacao dans un véhicule de collecte vers magasin central représente pour la gendarmerie de la drogue.Il faut payer parce qu’ils sont à 90% analphabètes et ils pleurent sans élever la voix.Or donner son argent à contre coeur avec des larmes.c’est maudire. Si vous vous résistez on vous tabassent comme un bandit. Nous avons souvenance qu’entre 2002 et 2004 au plus fort de la première crise qu’avait traversé notre pays,avec l’argent du racket des agents agents des forces de l’ordre avaient sortir de terre de grandes villas et maquis à, Certains d’entre eux avaient  investi comme des ministres de la République …à San Pedro. Mais tous ces biens mal acquis avaient été bradés.D’Abidjan à San Pedro les véhicules de transport en commun et personnels circulent sans inquiétude,même pas un petit contrôle d’identité.Ce qui se passe sur le corridor entrée San Pedro, dans la ville et le traversée du corridor route de Grand -Béréby démontre que c’est une autre  Côte d’Ivoire. Le gendarme sait-il que c’est avec l’argent du cacao que l’Etat de Côte de d’Ivoire paye son salaire ? Ignore-t-il que le conseil café-cacao équipe la gendarmerie en véhicule pour faciliter l’exercice de sa fonction ? Non le planteur ne mérite pas ça ! Autorités compétentes ,ouvrez vos yeux et faites quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.