Incidents à Libreville après des rumeurs d’enlèvements d’enfants

Plusieurs quartiers populaires de Libreville étaient bloqués vendredi par des manifestants, au moment où enflent au Gabon des rumeurs sur une vague d’enlèvements d’enfants, démenties par les autorités, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les premiers incidents ont commencé dans la nuit de jeudi à vendredi quand des habitants ont bloqué l’un des principaux axes routiers de la ville, au niveau du quartier PK7, brûlant des poubelles et des pneus.

Les heurts se poursuivaient vendredi soir dans d’autres quartiers de la ville, notamment vers le PK9.

Nous comprenons les appréhensions de la population, mais elles sont exacerbées par différentes fausses informations qui circulent sur internet

Dans ce quartier, des forces de sécurité étaient retranchées dans la gendarmerie, grille fermée. “Nous sommes allés chercher un homme qui était en train de se faire lyncher par la population, et nous l’avons transporté jusqu‘à l’hôpital militaire”, a affirmé à l’AFP un officier sous le couvert de l’anonymat. Sur la route, gisaient plusieurs poubelles calcinées.

Plus loin, la circulation était totalement bouchée. “Ils ont créé un barrage pour vérifier que personne ne cache des enfants dans les voitures”, a expliqué un habitant du quartier.

Au loin, un nuage de fumée noire se dégageait dans le ciel, et plusieurs tirs de grenade lacrymogène étaient audibles.

“Il n’y a pas de vague d’enlèvements d’enfants”, a martelé vendredi le porte-parole de la présidence, Jessye Ella Ekogha, lors d’une conférence de presse. Il a appelé “les populations à la responsabilité” et à ne pas céder à la “psychose”.

“Nous comprenons les appréhensions de la population, mais elles sont exacerbées par différentes fausses informations qui circulent sur internet”, a-t-il ajouté.

Les rumeurs concernant une série d’enlèvements d’enfants au Gabon se sont propagées sur les réseaux sociaux, après la disparition le 12 janvier d’un garçon de 3 ans prénommé Rinaldi dans un village situé dans le nord du pays.

Une enquête a été ouverte et est actuellement en cours, a précisé le porte-parole de la présidence, insistant sur le fait que ces dernières semaines “une seule plainte a été déposée pour un cas d’enlèvement”, celle des parents du “petit Rinaldi”.

AFP

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook