Hommage/Des personnes du 3ème âge célébrées

Par Keren Bossouma/afriquematin.net

Abidjan le 11 octobre 2021. La Maison de la Presse d’Abidjan (MPA) sise au Plateau a servi de cadre à un point de presse sur la célébration des personnes du 3ème âge, le vendredi 08 octobre dernier.

« Le défi de la célébration et de la promotion des valeurs du 3ème âge ». C’est le thème de la 3ème édition de la journée dédiée aux personnes du 3ème âge. Organisée par les membres de la commission nationale d’hommages aux doyens (CNHD), cette cérémonie a été animée conjointement par le président du comité scientifique, Dr Djofolo Doumbia et le secrétaire général Ouattara Siaka,.

Pour ses mérites reconnus, la Commission nationale d’hommages aux doyens honore et célèbre le Médecin Général de Brigade Kouamé Akissi

« L’hommage consiste à donner encore l’envie de vivre aux personnes qui ont tout donné à la Côte d’Ivoire et qui socialement sont à la retraite. Pour nous le 3ème âge commence à partir de cette retraite, soit que la personne est dans le secteur privé ou public, peu importe », a indiqué Ouattara Siaka.

Traduisant toute une philosophie, cette thèse met en exergue les efforts consentis par des personnes qui, durant leur vie, ont tout donné à la nation ivoirienne.  Et c’est ce défi que la Commission nationale d’hommages aux doyens, une structure apolitique et non lucrative s’efforce à relever. « Il s’agit avant tout de rendre hommages aux bâtisseurs de la nation qui ont fait valoir leur droit à la retraite et qui sont encore vivants », a-t-il précisé. Poursuivant, il a saisi cette occasion pour inviter les décideurs à honorer les personnes qui sont à la retraite. « Plus jamais d’hommages à titre posthume dans ce pays. Il faut célébrer les personnes du 3ème qui sont encore en vie », a lancé le secrétaire général Ouattara Siaka.

Donnant les critères de sélection, le président de la commission scientifique Dr Djofolo Doumbia a été clair, « dans notre démarche, nous avons distingué rapidement la différence entre une personne, un personnage et une personnalité. Mais ce qu’ils ont en commun, c’est que la personne et le personnage ont toute une personnalité, c’est-à-dire la dimension éthique ». Car pour lui il y a des valeurs en Côte d’Ivoire qui exercent dans tous les domaines d’activités et à cause de la promotion des contre valeurs, on n’arrive pas à avoir, « notre commission a pour mission de briser ce rideau pour détecter la bonne graine. Nous sommes pour la promotion des valeurs, lorsque ces valeurs sont vivantes », a-t-il fait savoir.

Faut-il rappeler que les deux premières éditions ont été consacrées au Professeur Hyacinthe Sararssoro en 2018 et le ministre Lambert Amon -Tanoh en 2019. Ainsi pour   cette troisième édition le choix est porté sur le Médecin Général de Brigade Kouamé Akissi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.