ads bas

Guikahué crée la panique au sein du RHDP: Donwahi et Mamadou Touré révisent leurs positions.

ads bas

Par Michel Mangou- Afrique Matin.Net

Depuis quelques semaines mais surtout depuis l’annonce du congrès du RHDP parti unifié prévu pour le 26 janvier prochain, les débats sur le statut des partis membres a commencé à se poser, suite aux déclarations de certains dignitaires du parti au pouvoir. Ces derniers ont annoncé la dissolution, dès le 26 janvier, de tous les partis membres. Tous deviendront un: RHDP. Tels sont les propos de Kandia Camara, Secrétaire Générale du RDR, d’Adama Bictogo, président du comité d’organisation de l’Assemblée Générale Constitutive et de Mamadou Touré.

Le ministre Adama Bictogo explique par exemple que la nouvelle entité politique va consacrer la dissolution de fait de tous ses adhérents. Ainsi, après ce congrès, l’on ne devrait plus entendre parler du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), du Mouvement des forces d’avenir (MFA, tendance Siaka Ouattara) du Parti ivoirien des travailleurs (PIT, tendance Joseph Séka Séka) et de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, tendance Brou Serge Yao). Tous ces partis se fondront donc dans le RHDP qui deviendra par conséquent leur unique parti. Mais, il semble que dans les faits, la plus part des partis sauf le RDR, n’entend pas voir leur organisation disparaître après le 26 janvier 2019. C’est le cas de l’UDPCI de Mabri Toikeusse qui s’oppose à une dissolution de son parti. Il sera recadré à nouveau par le même Adama Bictogo qui revient à la charge lors d’une cérémonie à Adjamé pour dire qu’il ne sera plus possible au soir du 26 janvier 2019, de s’appeler Konan, le lundi, Diabaté le mardi et Beugré le mercredi. « Pour nous le 26 janvier 2019, ce sera la finale qui conduira indubitablement chacun à un choix ». Mamadou Touré, membre influent du parti au pouvoir, reconnu pour sa perspicacité, annoncera pour sa part, le 04 décembre dernier ceci: « Inéluctablement après la cérémonie du 26 Janvier, nous aurons un seul parti politique qui va s’appeler RHDP. Juridiquement les partis traditionnels ne vont plus exister». Dès lors, dans l’esprit de tous, le tout dernier des partis verra le jour le 26 janvier prochain.

Mais les dernières sorties du Professeur Kacou Guilahué, Secrétaire Exécutif du PDCI, vont créer la panique au sein du RHDP: « On attend le 26 janvier, on va voir tous ceux qui vont aller au congrès constitutif du  unifié. Après ça, nous, on restructure », « Le Rhdp, c’est le nouveau nom du Rdr, c’est un changement de nom ». Que va-t-il se passer exactement le 26 janvier prochain, les partis membres n’en ont aucune idée réelle, sauf certains membres influents du parti au pouvoir. Le professeur Kacou Guikahué attend beaucoup de ce congrès qui selon lui permettra de restructurer définitivement le PDCI. Il croit également que de cette rencontre naîtra un tigre en papier. Effrayés par ces déclarations incessantes du N°2 du PDCI qui frisent la moquerie et l’assurance, Alain Donwahi, l’un des pionniers de PDCI Renaissance, invite le président Ouattara à envisager un autre cas de figure en évitant de procéder le 19 janvier prochain à la création du RHDP unifié.

Touré Mamadou qui s’était montré incisif le 04 décembre dernier voit sa position prendre alors un virage à 180 degré pour annoncer ce 26 Décembre: « Nous n’allons pas au Congrès pour parler de dissolution des partis. Mais, ce dont il sera question, c’est le fonctionnement de ces structures, après la date du 26 janvier 2019 ». L’effet Guikahué continue son chemin et les jours à venir nous situeront définitivement.

Les commentaires sont fermés.