Garba/Attention aux maladies liées à la consommation

Par Guillaume Ahi (stagiaire), afriquematin.net

Le garba est un repas populaire à base de semoule de manioc, appelée attiéké accompagné de thon, essentiellement vendu dans de petites échoppes de rue, généralement tenues par des haoussas et maintenant par des Ivoiriens. Les lieux de vente de cette nourriture prisée par un grand nombre d’Ivoiriens et même d’Africains, voire européens, suscitent beaucoup d’interrogations tant au niveau hygiénique que sanitaire. Une ballade dans le milieu de certains quartiers de la ville d’Abidjan situe  les préoccupations des consommateurs.

Met incontournable dans le quotidien de bon nombre d’Ivoiriens, le « Garba » est une nourriture constituée d’attiéké, accompagné de thon frit poisson frit. Pour donner plus de saveur, les friands de Garba le consomment avec des légumes notamment de l’oignon, du piment frais, de la tomate, de l’huile et du sel. D’autres y ajoutent de la mayonnaise, des œufs, et des bouillons….

Incursion à Anono, dans le ‘’garbadrom’’ de Abdul, âgé d’environ 35 ans, nigérien.

Ce Samedi, 17 avril 2021, c’est le garbadrome d’Abdul à Anono qui nous reçoit.  Il est 11 heures 45 et  le petit hangar du jeune nigérien était bondé de monde. Tout autour du lieu, stagne de l’eau sale à vous couper l’appétit, dans des bassines à vaisselles où baignent également les assiettes sales. Des poubelles sont déposées à même l’insalubrité faisant le confort  idéal des mouchettes qui  se bousculent au pas de course avec les clients d’Abdoul. Et les  morceaux de  poissons qui baignent dans une huile de couleur noirâtre soutenue par une odeur de soufre, cuisent à un feu ardent, les choix ne se font plus attendre. Certains clients se donnent même le plaisir de réserver leur(s) morceau(x) dans l’huile bouillante.

Malgré que ces lieux de vente  ne respectent pas les règles d’hygiène, ces « amoureux de garba » ne désemplissent pas le lieu ; au quotidien.  Pourtant, le manque d’hygiène est source de nombreuses maladies tel que la fièvre typhoïde, le choléra…Aussi, faut-il le rappeler que manger trop gras, trop sucré et trop salé constitue un danger pour la santé cardiovasculaire.

Le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre Dimba,

Aussi, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) recommande-t-il de réduire considérablement la consommation d’aliments gras, de sel et de sucre pour éviter ces maladies cardiovasculaires. Ces maladies qui provoquent plus de décès, car en 2012, plus de 17,5 millions de morts, soit 30% de l’ensemble des décès dans le monde sont à la base de cette maladie.

Appelé par certains consommateurs, zéguen, guéro, béton, “dur” ou zeh, le ‘’Garba’’ constitue  le repas le plus rapide et bon marché. Né dans les années 90, le ‘’Garba’’s’est développé grâce aux ressortissants nigériens. Aujourd’hui, ce met est vendu dans toutes les communes de la capitale ivoirienne, comme à l’intérieur du pays et ses consommateurs se comptent par milliers dans toutes les couches sociales grâce à son délicieux goût, mais surtout grâce à la modicité de son prix. Bien que le ‘’Garba’’ a ses avantages, il faut le manger avec modération pour éviter les problèmes de santé comme les maladies cardiovasculaires.

Facebook